GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
Jeudi 17 Octobre
Aujourd'hui
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    En Turquie, l'armée n'est plus au coeur de l'échiquier politique

    media Des soldats turcs paradent en uniforme de l'ancienne armée ottomane. AFP/Tarik Tinazay

    La réunion ordinaire du Conseil militaire suprême, qui s’est ouverte lundi 1er août 2011 à Ankara, trois jours après la démission en bloc de l’état-major, a confirmé une vacance de pouvoir certaine à la tête de l’institution militaire. Il reste trois jours à cette réunion de routine pour, en ces circonstances plutôt exceptionnelles, nommer une nouvelle direction à une institution passablement diminuée.

    Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

    A l’ouverture de ce Conseil militaire suprême de routine - même si totalement extraordinaire dans sa forme – il n’y avait en face du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, pour la première fois dans l’histoire de la République turque et de cet organe, aucun dirigeant pleinement en exercice de l’état-major.

    Tout un symbole dans un pays où cette armée, qui a longtemps fait la pluie et le beau temps dans la vie politique interne (et au passage quatre coups d’Etat en moins de 40 ans), doit se plier désormais au régime de la démocratie, imposée par le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan et de son parti, le Parti de la justice et du développement.

    Une armée politiquement sur le déclin

    Nommé dans l’urgence après cette défection en bloc, vendredi dernier, l’ancien commandant de la gendarmerie, Necdet Özel, y fait juste pour l’instant office de chef d’état-major, en remplacement de son supérieur démissionnaire. Mais sinon, aucun des trois commandants des armées de terre, de l’air ou de mer, n’ont encore été remplacés !

    L’interprétation de ce tableau vraiment inhabituel est claire : l’armée turque n’est plus ce qu’elle était, en termes d’influence, de pouvoir direct ou de capacité de nuisance. Le Conseil va devoir maintenant se choisir, sous la surveillance étroite du gouvernement, de nouveaux dirigeants et tourner une lourde page de son histoire.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.