GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L'histoire divise encore Serbes et Croates

    media Jadranka Kosor, Premier ministre croate, a redu hommage à deux ex-généraux condamnés par le TPI pour crimes de guere et crimes contre l'humanité, le 5 août 2011. REUTERS/Nikola Solic

    Le chef du gouvernement croate a salué deux criminels de guerre croate au cours de la commémoration du 16ème anniversaire de l'opération Tempête qui avait mis fin au conflit entre Serbes et Croates en 1995. Malgré tous leurs efforts de réconciliation, l'histoire divise encore les deux ex-républiques yougoslaves.

    La guerre d'indépendance lancée par les Croates est terminée depuis seize ans. Les relations entre les deux ex-républiques yougoslaves sont normalisées mais chacun conserve sa propre vision de l'histoire.

    Jadranka Kosor, Premier ministre croate, en saluant la mémoire d'Ante Gotovina et Mladen Markac a heurté les proches des victimes serbes de cette guerre qui a fait plus de 20 000 morts et 500 000 déplacés.

    L'opération Tempête, une attaque éclair contre la République serbe de la Krajina soutenue par l'Otan a permis à la Croatie de reprendre le contrôle de territoires aux mains des sécessionnistes serbes. Elle est intervenue après le massacre de musulmans par les Serbes à Srebrenica et elle a mis fin au conflit.

    Mais selon le Tribunal pénal international, les anciens généraux Ante Gotovina et Mladen Markac ont laissé, sous leur autorité, massacrer plusieurs centaines de civils serbes. Ils ont été condamnés au mois d'avril pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité respectivement à 24 et 18 ans de prison. Toujours considérés comme des héros en Croatie, ils ont fait appel de leurs condamnations.

    Le président croate, Ivo Josipovic, qui déploie des efforts dans le processus de réconciliation dans les Balkans, depuis son arrivée au pouvoir en 2010, tient un autre discours que son Premier ministre. Il a déclaré que la Croatie célébrait « non pas la guerre mais la paix et la liberté », « Un crime est un crime, a-t-il ajouté, et il faut le sanctionner. »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.