GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le gazoduc South Stream accentue la guerre des gazoducs en Europe

    media EDF, Eni et Wintershall ont signé avec Gazprom un pacte d'actionnaires leur accordant 50% dans le consortium chargé de la section sous-marine du gazoduc South Stream. South Stream

    L’accord sur le gazoduc South Stream, dont EDF est partenaire, est signé ce 16 septembre 2011 à Sotchi, ville russe située sur les bords de la mer Noire. Long de 3 600 km, ce gazoduc va alimenter en gaz russe l'Europe occidentale via la mer Noire et les Balkans, dès 2015. Sa capacité est de 47 milliards mètre cube par an. Tout comme le Nord Stream passant par la mer Baltique et inauguré début septembre 2011, ce nouveau projet doit permettre à la Russie de contourner l'Ukraine.

    Le ton monte de nouveau entre la Russie et l'Ukraine, principal pays de transit du gaz russe vers l’Union européenne. Les conflits sur le prix du gaz russe payé par les Ukrainiens ont, par le passé, entraîné plusieurs blocages de l'approvisionnement européen. Ces deux gazoducs, le South Stream et le North Stream, permettront de transporter vers l’Europe presque la même quantité que celle qui transite actuellement par l’Ukraine, soit environ 100 milliard de mètre cube par an.

    C’est pour cette raison qu’aujourd’hui 16 septembre 2011, l’Ukraine vient de proposer que South Stream passe par son territoire. Kiev avance l’argument selon lequel le coût de construction du gazoduc serait alors cinq fois moins élevé. Proposition rejeté immédiatement  par le géant russe Gazprom.  

    Mais South Stream est loin d’être concrétisé car les contrats à long terme pour rentabiliser ce gazoduc ne sont pas signés. « Signer un accord d’intention, ça n’engage à rien. Car le financement de ce projet n’est pas encore sur la table, aussi bien du côté du producteur que du côté de l’acheteur. On parle aussi de l’arrivée en Europe du gaz de schiste nord-américain à un coût très intéressant. C’est la raison pour laquelle les grands acheteurs ne sont pas pressés de se lancer dans de grands contrats », estime Jean-Marie Chevalier, professeur au Centre de géopolitique de l’énergie à l’université Paris Dauphine.

    L’UE négocie un accès au gaz de la mer Caspienne

    South Stream est aussi censé concurrencer le projet européen Nabucco. Ce dernier doit livrer le gaz de la mer Caspienne à l'Europe occidentale en passant par la Turquie tout en évitant la Russie. Les riches gisements d’Azerbaïdjan et du Turkménistan doivent alimenter ce gazoduc. Cette semaine, la Commission européenne a donné son feu vert à l’ouverture de négociations avec les deux pays riverains de la mer Caspienne. Ce qui a mécontenté la Russie.

    Pour elle, Nabucco est une « ingérence » susceptible de compliquer «  la situation dans cette région stratégique ». Mais la vérité est ailleurs. La Russie s’inquiète car tout nouveau concurrent potentiel lui pose problème. « Aujourd’hui, l’Union européenne est son principal marché d’exportation en matière de gaz. 140 milliards de mètres cube sont transportés chaque année. Donc les Russes sont extrêmement dépendants, en terme de devises, de ce marché », souligneCatherine Locatelli, chargé de recherches au CNRS et spécialiste du gaz et du pétrole russe.

    De son côté, l’UE, avec Nabucco, vise à réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie qui fournit 40% de ses besoins. D’autres projets de gazoducs sont soutenus par la Commission européenne dans le cadre du Corridor Sud : l’Interconnector Turquie-Grèce-Italie (ITGI), le Trans Adriatic Pipeline (TAP) et le White Stream, entre l’Azerbaïdjan et l’Europe. Tous ces gazoducs sont destinés à diversifier l’approvisionnement énergétique de l’Europe occidentale.

    Gazprom à la conquête du marché de l’est

    Gazprom a annoncé hier 15 septembre avoir entamé les négociations avec la Corée du Nord et la Corée du Sud sur la construction d'un tuyau destiné à transporter du gaz russe vers la péninsule coréenne. Le gazoduc devrait faire 1 700 km de long et aura une capacité allant jusqu'à 10 milliards de mètres cube par an.

    Tandis que la semaine dernière a été inauguré le premier tronçon du gazoduc Sakhaline-Khabarovsk-Vladivostok, première étape d'un vaste plan pour exporter du gaz dans la région Asie-Pacifique. D'une longueur de 1 800 km, il doit permettre de transporter, dans un premier temps, six milliards de mètres cube de gaz par an et, à terme, quelque 30 milliards de mètres cube.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.