GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 8 Novembre
Samedi 9 Novembre
Dimanche 10 Novembre
Lundi 11 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Israël: les sirènes d'alarme activées à Tel-Aviv suite à une frappe tuant un commandant palestinien à Gaza (armée)
    Europe

    Heurts entre police et migrants tunisiens sur l’île de Lampedusa

    media Des migrants tunisiens ont déjà protesté le 11 avril 2011à Lampedusa contre le renvoi dans leur pays. Reuters/Antonio Parrinello

    « Un scénario de guerre », les mots du maire de Lampedusa en disent long sur la tension qui règne sur cette petite île italienne, point de chute surpeuplé des migrants en route pour l'Europe. Quelque 300 immigrés tunisiens ont manifesté ce mercredi 21 septembre 2011 contre leurs conditions d'accueil. Des heurts ont éclaté avec les forces de l'ordre. Colère également des habitants de l'île. Certains d'entre eux ont attaqué à coups de pierres les manifestants. On compte une douzaine de blessés.

    Ils étaient environ 300 immigrés tunisiens à manifester dans les rues de Lampedusa, aux cris de « liberté, liberté! ». Auparavant, certains d'entre eux avaient mis le feu au centre d'accueil local et l'incendie a détruit trois bâtiments.

    La police anti-émeute est intervenue à coups de matraques, et des immigrés tunisiens ont sauté d'une hauteur de 3 à 4 mètres, pour échapper aux coups.

    Filippo Miraglia, de l'association de soutien aux immigrés «Archi», explique le ras le bol des Tunisiens de Lampedusa : « Il y a une partie des Tunisiens qui sont là depuis le mois d’août, depuis un mois, un mois et demi, certains depuis une semaine ou 10 jours. Ils sont maintenus sur l’île dans des conditions très difficiles et l’idée d’être expulsés directement de l’île de Lampedusa vers la Tunisie fait qu’ils se révoltent ».

    Les habitants de Lampedusa ne sont pas contents non plus, certains d'entre eux ont pris les armes quand les immigrés tunisiens se sont échappés du centre d'accueil. Ils ont assiégé les locaux de la municipalité et s'en sont pris également aux journalistes et aux membres des associations d'aides aux immigrés.

    Maintenant il y a presque une guerre civile entre une partie des gens de Lampedusa, les Tunisiens et la police.

    Filippo Miraglia

    Association Archi

    21/09/2011 Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.