GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Nord du Kosovo : qui contrôle encore la situation ?

    Une revue de presse présentée en partenariat avec le Courrier des Balkans

    Des soldats de la KFOR venant du Portugal devant les barricades installées sur le pont principal de Mitrovica, le 20 septembre 2011. REUTERS/Hazir Reka

    Les autorités de Belgrade ont perdu tout contrôle sur les barricades érigées dans le nord du Kosovo, où les militants des partis de l'opposition nationaliste sont de plus en plus actifs. Les maires des communes de Mitrovica, Zvečan et Zubin Potok exigent même la démission de Borislav Stefanović, le chef de l'équipe de négociation serbe. Pour reprendre la main, il faudrait que le gouvernement explicite véritablement le contenu des accords conclus à Bruxelles le 2 septembre.
    Lire : Nord du Kosovo : le gouvernement de Belgrade a perdu le contrôle des barricades
    Le nord du Kosovo : une zone toujours sous haute tension

    Treize chauffeurs routiers serbes embauchés par les mines de Trepča ont été arrêtés dans le nord du Kosovo, les autorités de Pristina estimant qu’ils sont entrés illégalement sur le territoire. Pour les responsables politiques serbes du Kosovo, il s’agit d’une nouvelle preuve de la guerre d’usure entamée par Pristina contre la population du nord.
    Nord du Kosovo : la police de Pristina arrête treize routiers serbes

    Le blocage du nord du Kosovo continue dans le calme. Les Serbes tiennent les principaux axes routiers et l’essence et comme la nourriture commencent à manquer. Le Secrétaire général de l’Onu a invité les institutions du Kosovo à coopérer avec la Kfor et l’Eulex. Selon certaines informations, Belgrade aurait prévu de réintégrer le nord du Kosovo dans son propre système de taxes.
    Lire : Nord du Kosovo : les barrages serbes continuent, début des pénuries

    Mis en examen par Eulex dans deux affaires, Fatmir Limaj va-t-il bientôt se retrouver sous les verrous ? La Cour constitutionnelle du Kosovo a jugé que les députés ne bénéficiaient pas de l’immunité pour des actes ou des décisions hors de leur mandat. Les procureurs de la mission européenne qui ont longuement interrogé Fatmir Limaj les 20 et 21 septembre pourraient décider de le placer en détention provisoire.
    Lire : Kosovo : Fatmir Limaj bientôt sous les verrous ?

    Le nouvel évêque Jovan de Ljipljan a été intronisé le 4 septembre lors d’une liturgie solennelle célébré à la patriarchie de Peć, en présence de plusieurs centaines de fidèles serbes du Kosovo. Spécialiste de l’histoire du judaïsme, très lié à Israël, Jovan Ćulibrk, qui est également vicaire de l’éparchie de Raška et Prizren, est aussi connu pour ses talents de parachutiste...
    Lire : Kosovo : l'Église orthodoxe nomme un évêque parachutiste au siège de Ljipljan

    Chaque année, près de 1.000 cas de violences domestiques sont enregistrés par les services de police kosovars. Un chiffre élevé pour un pays de moins de deux millions d’habitants et qui est sûrement très inférieur à la réalité, les victimes n’osant, souvent, pas les dénoncer. Dans une société patriarcale, les femmes préfèrent se taire plutôt que trahir et déshonorer la famille.
    Lire : Violences domestiques au Kosovo : « ne pas déshonorer la famille »

    Qui déstabilise vraiment le Sandžak ? Il y a quelques jours, le reis de Bosnie accusait Belgrade de s’en prendre aux Bosniaques, majoritaire dans cette région du sud de la Serbie, aujourd’hui c’est un nouveau mouvement, Sandžak Résistance, qui pointe le controversé mufti de Novi Pazar, Muamer Zukorlić. Une chose est sûre, la situation est tendue dans le Sandžak, où la crise socio-économique fait des ravages.
    Lire : Serbie : « le mufti Muamer Zukorlić déstabilise le Sandžak »

    Interpellé en 2010 après sept ans de cavale pour son implication dans le meurtre de l'ancien Premier ministre, Miloš Simović est aujourd'hui jugé. Juste après son arrestation, il aurait révélé le nom du commanditaire de l'assassinat au Procureur chargé du crime organisé : un certain Čoki, qui ne serait autre que Nebojša Čović, le vice-Premier ministre du gouvernement Đinđić...
    Lire : Serbie : le vice-Premier ministre de Zoran Đinđić aurait « donné l’ordre de son assassinat »

    Après le soutien apporté par la Première ministre aux généraux croates condamnés par le TPI, c’est au tour du Président Josipović de les défendre et de remettre en cause les jugements de La Haye. Engagé dans un processus de réconciliation avec la Serbie depuis son élection, Ivo Josipović a dérapé dangereusement. Cherche-t-il à satisfaire une ambition électorale en brossant dans le sens du poil l’opinion publique croate très majoritairement favorable aux « sauveurs de la nation » ? Le point de vue d’Index.
    Lire : Croatie : le grave dérapage d'Ivo Josipović sur les criminels de guerre

    Le tribunal d’Osijek a reçu mercredi des actes d’accusation émis en 1992 par la justice militaire serbe contre 40 citoyens croates accusés de crimes de guerre, dont des cadres importants du HDZ. Selon le Président Ivo Josipović, ces accusations ne devraient pas remettre en cause la normalisation des relations entre la Croatie et la Serbie.
    Lire : Croatie : le Parquet serbe inculpe de hauts dirigeants croates pour crimes de guerre

    La Slovénie a connu l’épilogue de la crise politique qu’elle traverse depuis le printemps 2011. Le vote de confiance au Parlement, convoqué par le Premier ministre Borut Pahor, était un test pour l’avenir de son gouvernement. 36 députés ont voté la confiance et 51 contre, faisant tomber la coalition. Des législatives anticipées devraient être très prochainement organisées.
    Lire : Crise politique en Slovénie : les députés font tomber le gouvernement Pahor

    En cette rentrée, la diplomatie slovène s’agite sur plusieurs fronts. Elle a d’abord organisé le forum stratégique de Bled, où ont été débattues ses orientations géostratégiques d’avenir, mais surtout elle mène campagne pour obtenir un siège de membre non permanent au Conseil de Sécurité de l’Onu en 2012. Dans cette course, le positionnement sur la reconnaissance de l’État palestinien pourrait s’avérer crucial
    Lire : http://balkans.courriers.info/article18144.html

    Moins d’un an après avoir investi dans les deux perles du tourisme monténégrin, l’île de Sveti Stefan et la villa Miločer, le groupe grec Restis fait déjà jaser. Alors que la réouverture de l’île-hôtel est sans cesse repoussée, Restis demande aujourd’hui des réductions de loyer et une concession plus longue. La BERD lui avait déjà offert 37 millions d’euros pour lancer son projet de rénovation...
    Lire : http://balkans.courriers.info/article18250.html

    Une éventuelle faillite de la Grèce entraînera-t-elle la Macédoine dans sa chute ? Ce n’est pas certain, estiment les analystes, soulignant que le faible développement du pays pourrait, paradoxalement, le protéger. Ainsi, les exportations macédoniennes ne sont-elles guère menacées par le contexte financier délétère qui prévaut en Europe et dans le monde. Les banques macédoniennes assurent qu’elles sont stables, même si elles appartiennent à des groupes étrangers - notamment à la Société générale et à des banques grecques.
    Lire : Économie : la Grèce tremble, quelles conséquences pour la Macédoine ?-> http://balkans.courriers.info/article18242.html

    Acculée par la crise, la Grèce va privatiser 24% de la société gérant le port de Thessalonique : la Macédoine doit-elle profiter de l’occasion, alors que ce port représente toujours le principal débouché maritime du pays ? La Macédoine ne doit pas oublier son autre priorité stratégique : les développement du Corridor VIII, garantissant un bon accès aux ports de Burgas (Bulgarie) et de Durrës (Albanie). Les avis contrastés des milieux économiques.
    Lire : La Macédoine doit-elle investir dans la privatisation du port de Thessalonique ?
     

    Le Courrier des Balkans traverse aujourd’hui une période difficile. Depuis maintenant trois ans, les subventions qui nous étaient habituellement accordées sont en forte diminution ou nous ont été refusées. Trouver de nouveaux financements n’est guère facile en période de crise économique et de malaise social. Nous faisons donc appel à nos lecteurs pour poursuivre cette aventure commencée en 1998.
    Appel aux lecteurs : soutenez Le Courrier des Balkans ! 

     

     

    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.