GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
Aujourd'hui
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Roumanie et la Bulgarie recalées à l'entrée de l'espace Schengen

    media Le siège de la Commission européenne, à Bruxelles. Celle-ci, tout comme l'Union, s'est prononcée en faveur de l'intégration de la Roumanie et de la Bulgarie à l'espace Shengen. Flickr/par Stuart Chalmers

    La Roumanie et la Bulgarie n'ont pas obtenu jeudi 22 septembre le feu vert pour leur intégration dans l'espace Shengen. Celui-ci permet à près de 400 millions de personnes de circuler librement, sans passeport, à l'intérieur du territoire formé par ses vingt-cinq Etats membres. La Finlande et les Pays-Bas estiment que ces deux pays de l'Union européenne ne sont pas encore assez impliqués dans la lutte contre la corruption et le crime organisé.

    A l’unisson, la Commission européenne et la présidence polonaise de l’Union européenne déplorent un manque de confiance politique au sein de l’espace Schengen.

    Pour la commissaire chargée des Affaires intérieures, Cecilia Malmström, la Roumanie et la Bulgarie remplissent tous les critères. Une analyse partagée par le ministre polonais de l’Intérieur Jerzy Miller : « Lors de la signature du Traité d’adhésion, l’Union européenne a fait une promesse à la Roumanie et à la Bulgarie à savoir que ces deux pays pourront intégrer l’espace Schengen une fois qu’ils auront rempli toutes les conditions techniques. Depuis avril, nous savons que ces conditions sont remplies et pour moi tenir une promesse veut aussi dire exprimer sa confiance. Aujourd’hui, cette promesse a été rompue envers les Roumains et les Bulgares ».

    Toute nouvelle adhésion à l’espace de libre circulation des personnes requiert l’unanimité des vingt-cinq pays membres. Or, les Pays-Bas et la Finlande s’opposent à l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie. Amsterdam et Helsinki estiment que les deux candidats ne sont pas encore assez engagés dans la lutte contre la corruption et le crime organisé.

    Les discussions devraient donc reprendre dans les prochaines semaines. Le ministre néerlandais de l’Intérieur, Piet Hein Donner, évoque le mois de février.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.