GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Prêt à la Grèce: les pays membres de la zone euro temporisent

    media Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker (D) salue le ministre des Finances grec, Evangelos Venizelos (G), lors de la réunion des ministres des Finances de la zone euro, le 3 octobre 2011. REUTERS / François Lenoir

    Les ministres des Finances des pays de l’Union européenne se retrouvent ce mardi 4 octobre 2011 à Luxembourg pour tenter de trouver des solutions au naufrage de la Grèce. Hier, seuls les dix-sept ministres de la zone euro étaient autour de la table des discussions dans cette même ville. La zone euro a donc décidé de reporter une nouvelle fois le déblocage de la seconde tranche d’aide à la Grèce, un prêt d’un montant de 8 milliards d’euros. Jean-Claude Juncker, le président de l’Eurogroupe, a demandé à la Grèce de « compenser tout dérapage budgétaire pour 2013 et 2014 ».

    Avec notre bureau de Bruxelles, Pierre Benazet

    La plus visible des conséquences de cette réunion des 17 ministres des Finances, c’est d’abord le rejet aux calendes grecques du paiement de la prochaine tranche du plan d’aide européen à Athènes, alors qu’il semblait certain que les ministres des Finances allaient se réunir à nouveau le 13 octobre avec ce seul ordre du jour. La réunion a finalement été annulée. Les Européens veulent attendre le rapport de la troïka des bailleurs de fonds sur les finances publiques grecques, et il ne sera pas prêt de si tôt.

    La situation grecque n’est cependant pas aussi précaire qu’on le pensait, car la mi-octobre passait jusqu’ici comme étant la dernière échéance pour que le budget grec reçoive les 8 milliards d’euros de la prochaine tranche. Le ministre grec a en effet fait savoir qu’Athènes n’aurait pas de besoins budgétaires urgents, et pourrait tenir jusqu’à la mi-novembre.

    Surtout – alors que tous les yeux étaient tournés vers Luxembourg et attendaient des mesures fortes de l’UE en soutien à l’euro – les ministres ont encore chargé la barque de la Grèce, en réclamant de nouvelles économies. Ils ont annoncé un renforcement du fonds de stabilité financière.

    Mais d’une part, ils n’ont pas détaillé les mesures envisagées, et d’autre part, ce fonds de stabilité doit encore être ratifié par deux pays pour être mis en œuvre : les Pays-Bas et surtout, la Slovaquie.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.