GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Etats-Unis désignent la Corée du Nord comme «Etat soutenant le terrorisme» (Maison Blanche)
    • Le Hezbollah nie tout lien avec un missile tiré vers RIyad depuis le Yémen
    • Liban: le Hezbollah nie envoyer des armes au Yémen, à Bahreïn et au Koweït
    • Merkel: des élections anticipées préférables à un gouvernement minoritaire
    • Le Hezbollah se dit prêt à se retirer d'Irak après la défaite de l'EI
    • Argentine: le sous-marin «San Juan» avait signalé une avarie lors de sa dernière communication (officiel)
    • Allemagne: le président Frank-Walter Steinmeier exhorte les partis au compromis pour gouverner
    • Argentine: les appels de samedi ne provenaient pas du sous-marin porté disparu (officiel)
    • Allemagne: le Parti social-démocrate (SPD) réitère son refus de participer à une nouvelle coalition gouvernementale
    Europe

    Crise de la dette: Merkel pour un plan européen de recapitalisation des banques

    media

    La chancelière allemande Angela Merkel était hier mercredi 5 octobre 2011 à Bruxelles, pour une rencontre avec le président de la Commission européenne José Manuel Barroso. La chancelière s’est attaquée à deux tabous. Elle prône la révision des traités européens et la recapitalisation des banques européennes en difficulté.

    Avec notre bureau de Bruxelles, Pierre Benazet

    Pour la chancelière fédérale allemande, l’Union européenne doit être renforcée, compétitive et devenir une zone de stabilité. Répétant son engagement à maintenir la Grèce dans la monnaie unique, elle a aussi réitéré sa volonté de voir l’UE et surtout la zone euro, se doter d’un véritable gouvernement économique. Pour ce faire, elle n’exclut plus de réviser les traités européens.

    « Nous allons tellement loin dans le débat allemand, que nous disons que s’il fallait un jour changer les traités pour plus de crédibilité dans la coopération, en particulier dans la zone euro, alors une révision des traités ne devra plus être un tabou, et nous devrons adapter notre situation juridique à la réalité des besoins ».

    C’est là pour elle un moyen de durcir la discipline budgétaire, mais pour d’autres, ce serait aussi un moyen de créer les fameuses euro-obligations. Un autre tabou européen a aussi été brisé par la chancelière, puisque à l’instar du Fonds monétaire international (FMI), elle préconise désormais de recapitaliser les banques européennes en difficulté.

    « Le gouvernement allemand est prêt, si nécessaire, à mener une recapitalisation des banques. Nous avons besoin de critères européens. Je pense que le temps presse, et donc il faut décider vite. Et s’il faut en parler au sommet européen nous y sommes prêts ».

    Le sommet européen des 17 et 18 octobre promet donc d’être chargé.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.