GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Paris et Berlin ont trouvé un «accord total» sur la question de la recapitalisation des banques

    media Angela Merkel et Nicolas Sarkozy, à l'issue de la conférence de presse à Berlin le 9 octobre 2011. Reuters/Fabrizio Bensch

    A l’issue de la rencontre de Nicolas Sarkozy et Angela Merkel ce dimanche 9 octobre 2011 à Berlin, le président français a assuré avoir trouvé un « accord total » avec la chancelière allemande au sujet de la recapitalisation des banques européennes. Le principe est acquis certes, mais les détails doivent encore être clarifiés.

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    Le principe est acquis, les détails devront encore suivre. Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se sont prononcés pour une recapitalisation des banques européennes. Les risques actuels font craindre une crise financière d’ampleur qui pourrait étrangler l’économie réelle. Les deux responsables veulent que les propositions concrètes soient élaborées d’ici la fin du mois et soient adoptées avant le sommet du G20 début novembre à Cannes.

    Sur les détails de leurs propositions, Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont souligné l’accord « complet » entre Paris et Berlin soucieux de mettre un terme aux rumeurs sur des désaccords entre les deux capitales sur les modalités d’une recapitalisation des banques européennes.

    Berlin s’opposerait en particulier à un recours d’office au fonds de secours à l’euro. Les banques elles-mêmes et les Etats nationaux doivent tout d’abord venir en aide aux instituts en difficulté. Une mesure qui pourrait coûter plus cher à la France, ses banques étant plus exposées. Paris craint à travers des dépenses supplémentaires une remise en cause de sa note de solvabilité.

    La recapitalisation des banques pourrait être le premier pas avant une annulation partielle de la dette grecque. D’après des sources allemandes, un scénario à l’étude envisagerait une annulation de 60%.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.