GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 27 Mai
Samedi 28 Mai
Dimanche 29 Mai
Lundi 30 Mai
Aujourd'hui
Mercredi 1 Juin
Jeudi 2 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Football: l'équipe de France a battu celle du Cameroun 3-2 en match de préparation
    Europe

    Face à la crise, les comptes opaques de l’Église orthodoxe grecque

    media

    En Grèce, la menace de faillite n'est toujours pas levée et le gouvernement a redoublé de mesures depuis la fin de l'été pour tenter de prouver à ses créanciers sa volonté de réformer le pays. Mais ce sont avant tout les classes moyennes qui sont visées par les mesures, et non pas les grandes fortunes du pays. Les richesses de l’Église orthodoxe notamment sont épargnées par le nouvel impôt qui a été décrété de toute urgence sur la propriété immobilière. Pourquoi l'institution ne participe-t-elle pas à l'effort exigé actuellement de la population ?

    De notre correspondante à Athènes

    C'est le deuxième propriétaire foncier du pays, mais son patrimoine, aux étendues obscures, reste en grande partie exonéré d'impôt : l’Église orthodoxe de Grèce ne paie pas de taxe sur ses propriétés dont elle ne tire aucun revenu locatif, à savoir les monastères, les lieux de culte et les fondations religieuses. Ces propriétés sont également épargnées par une taxe exceptionnelle votée récemment par le Parlement grec, dont devront pourtant s'acquitter tous les propriétaires du pays dans les deux années à venir.

    « Si notre monastère devait payer un impôt pour son bâtiment et ses terrains, alors il faudra qu'il ferme ! », nous confie le père Ioannis, higoumène du monastère de Pentélis, un monastère situé en périphérie d'Athènes. « Car il s'agit de milliers de mètres carrés. Où pourrions-nous trouver l'argent pour payer des taxes ? Nous n'exploitons rien de tout cela : nous consacrons notre vie à une œuvre spirituelle ! »

    Nous rencontrons le père Ioannis à l'occasion d'une présentation par l'archevêché d'Athènes de son œuvre philanthropique : l’Église, sous le feu des critiques depuis l'annonce du nouvel impôt, communique tous azimuts sur son implication sociale en ces temps de crise économique. L'archevêque d'Athènes Hiéronymos explique ce jour-là que l’Église paye ses impôts comme tout le monde ; d'après lui, tout ce qui est dit sur l'étendue des propriétés ecclésiastiques est « imaginaire »... Quelques jours plus tôt, les services financiers de l’Église avaient publiquement indiqué avoir versé 2,5 millions d'euros d'impôts en 2010.

    Une institution intouchable

    Cela ne convainc pourtant pas le parti Gauche démocratique, l'un des rares à partir en guerre contre le statut d'exception réservé à l’Église en Grèce. Fotis Kouvélis, son président, estime que l’Église est en possession de 130 000 hectares. « On n'a pas arrêté au fil des années d'exempter l’Église de différents impôts. Il faut que cela cesse. » Le défi est de taille : il s 'agit de toucher au statut d'une institution dont les membres, prêtres et évêques, peuvent influencer des bastions entiers d'électeurs...

    Si la population n'est pas extrêmement pratiquante au regard de son appartenance - on estime que 90% de la population est de confession orthodoxe -, il reste que le clergé a son mot à dire dans les débats de société. Pour Theoni Stathopoulou, chercheuse au Centre national de recherches en sciences sociales, « il faut bien distinguer l’Église en tant qu'institution de l’Église entendue comme l'ensemble des fidèles : ce sont deux choses complètement différentes en Grèce. Or l’institution, depuis la naissance de l’État grec, s'est identifiée à la Nation. » Une identification telle que l'institution ecclésiastique semble, aujourd'hui encore, intouchable.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.