GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    Le sauvetage de la zone euro prisonnier du jeu politique slovaque

    media Le Parlement slovaque où doit être revoté le FESF. REUTERS/Petr Josek

    La Slovaquie a refusé, le mardi 11 octobre 2011, d'entériner le renforcement du Fonds européen de solidarité financière (FESF). Ce vote négatif qui résulte des divisions au sein de la coalition au pouvoir, ravive les craintes de contagion dans la zone euro. Mais un second vote au Parlement doit avoir lieu « vendredi au plus tard », car un accord a été conclu avec l’opposition en échange d’élections anticipées probablement en mars 2012.

    Les pressions s'accentuent sur Bratislava au lendemain du rejet du projet de renforcement du FESF par les députés slovaques. La France dit « faire confiance à la Slovaquie pour un second vote rapide », selon la porte-parole du gouvernement Valérie Pécresse. De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel insiste sur le fait que « tous les pays de l'Union européenne doivent participer à la lutte contre la crise ». Une Union européenne qui est dans le flou, le sommet convoqué pour les 17 et 18 octobre a d’ailleurs été repoussé au 23 octobre prochain, le temps de finaliser une stratégie globale.

    La Slovaquie est le dernier des 17 pays de la zone euro qui devait se prononcer sur le renforcement du FESF et sur l’élargissement de ses compétences, selon les modalités adoptées par le sommet de la zone euro du 21 juillet dernier. La Slovaquie a dit « non » à la réforme qui devait permettre d’augmenter la capacité effective de prêts du Fonds (FESF) aux pays en difficulté à 440 milliards d'euros, alors qu’elle est actuellement d’environ 250 milliards d'euros, une enveloppe bien insuffisante, si jamais de nouveaux pays, tels l'Italie ou l'Espagne, devaient à leur tour être aidés.

    Assurer la recapitalisation des banques

    Mis en place en 2010 au plus fort de la crise, ce fonds peut uniquement prêter de l’argent aux pays attaqués par les spéculateurs. Sa mission : lever de l’argent sur les marchés avec une garantie apportée par l’ensemble des pays de la zone euro. Grâce à sa notation « triple A », ce mécanisme peut, en effet, emprunter à des taux très bas, avant d’accorder des crédits aux pays en difficulté à des taux moindres que ceux qu’ils auraient dû payer sur les marchés. Le FESF, nouvelle version, aura surtout la charge de racheter de la dette déjà émise et soulager ainsi la Banque centrale européenne (BCE).

    Il devrait également pouvoir accorder aux Etats des lignes de crédits préventives comme le fait le Fonds monétaire international (FMI), ou prêter de l’argent à des pays pour qu’ils recapitalisent leurs banques. Une question particulièrement aiguë alors que la nécessité d’un tel plan, d’un montant de 100 à 200 milliards d’euros, se fait jour notamment pour des pays en difficulté comme la Grèce, l’Italie ou l’Espagne.

    Augmenter l’effet de levier du FESF

    Le sauvetage de la zone euro se retrouve donc prisonnier du jeu politique interne de la Slovaquie d’autant que ce mécanisme est peut-être déjà dépassé face à la situation d’endettement de grands pays comme l’Italie et l’Espagne. « On comprend les critiques quand on compare la capacité de financement du FESF à la taille de la dette publique italienne qui dépasse largement les 1 300 milliards d’euros. Mais on peut encore lui laisser une chance, car ce fonds de soutien dispose de moyens pour limiter les risques de contagion dans la zone euro », estime Cyril Regnat, économiste chez Natixis.

    Pour augmenter cet effet levier du FESF, plusieurs voix s’élèvent désormais pour demander une augmentation de ses ressources financières. Parmi elles, le gouverneur de la Banque centrale d’Italie, Mario Draghi, désigné prochain président de la Banque centrale européenne. Du côté des Européens toujours, l’Allemagne y est très réticente mais l’idée commence à faire son chemin. Les Etats-Unis, eux, pressent les Européens d’étendre ses ressources financières. Le secrétaire américain au Trésor Timothy Geithner a réitéré son appel à l’occasion des dernières réunions du FMI et du G20 à Washington en septembre dernier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.