GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 24 Septembre
Mercredi 25 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le groupe BASF demande l'accord de l'UE pour cultiver une pomme de terre OGM

    media BASF est parvenu à utiliser deux gènes de résistance au mildiou prélevés sur une variété sauvage de pomme de terre sud-américaine. Getty Images/Miguel Salmeron

    Elle s'appelle Fortuna, un joli nom pour la première pomme de terre génétiquement modifiée (OGM). Et on pourrait bien la trouver dans nos assiettes dans deux ans. En tous cas, BASF, le groupe de chimie allemand, pas vraiment connu pour ses talents culinaires, envisage de demander à l'UE l'autorisation de la cultiver. En Allemagne, la pomme de terre c'est sacré, l'environnement aussi.
     

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    BASF avait déjà obtenu l’autorisation de cultiver une pomme de terre génétiquement modifiée à des fins industrielles. Cette fois, le numéro un européen de la chimie, souhaite d’ici 2014/2015 cultiver commercialement la première pomme de terre OGM destinée à l’alimentation humaine. Fortuna, qui est testée depuis 2003, résiste au mildiou, un parasite aux conséquences négatives pour les récoltes.

    La demande d’autorisation doit être examinée par l’autorité européenne de sécurité des aliments. Un porte-parole de la ministre allemande de l’Agriculture a toutefois relativisé les pronostics de BASF estimant que l’autorisation pouvait prendre des années. Il avait fallu 14 ans à BASF pour un autre produit.

    Les opposants aux produits OGM critiquent la démarche de l’entreprise. En raison de risques éventuels, mais aussi parce ce que le marché, en Europe tout au moins, n’existerait pas. Et des fabricants importants de chips ainsi que des chaînes de fast-food utilisant ce type de pomme de terre pour des frites ont annoncé qu’ils n’utiliseraient pas de produits génétiquement modifiés.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.