GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Septembre
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Georges Papandréou, deux ans de pouvoir dans la crise

    media Georges Papandréou. REUTERS

    Georges Papandréou et Antonis Samaras sont parvenus à un accord sur la formation d'un gouvernement de coalition et sur le nom du Premier ministre qui sera dévoilé demain mardi en même temps que la composition du nouveau gouvernement. Cet accord scelle le départ de Georges Papandréou, l'homme politique qui a créé la panique en Europe avant de se retirer dans l'intérêt de son pays.

    La politique, a priori, Georges Papandréou l'a dans le sang. Ce fils et petit fils de Premier ministre s'attaque d'ailleurs avec courage, dès son arrivée à la tête du gouvernement grec, aux déficits et aux dettes accumulés par ses prédécesseurs.

    Dès mai 2010 et la première aide financière versée par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), ce social-démocrate réformiste bataille pour réussir l'impossible, à savoir satisfaire les créanciers du pays qui demandent de plus en plus d'austérité sans déplaire à son électorat, rétif à la potion amère.

    Mais les mesures d'austérités augmentent la récession et l'homme, peu charismatique, parfois indécis n'arrive pas, en deux ans de pouvoir, à galvaniser les foules. Il les a par contre involontairement fait trembler il y a deux semaines. Après l'adoption laborieuse du deuxième plan européen, le 27 octobre, Georges Papandréou propose un référendum. Une vieille idée à lui pour provoquer un électrochoc dans la société grecque. Mais il déclenche un véritable vent de panique sur les marchés et la colère de ses partenaires européens...

    Faisant passer son égo derrière l'intérêt immédiat de la Grèce, Georges Papandréou provoque finalement la constitution d'un gouvernement d'union nationale et accepte de se retirer pour mieux permettre à son pays de ne pas remettre en cause un acquis historique : l'entrée de la Grèce dans la zone euro.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.