GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Iran: Les Gardiens de la révolution confirment avoir mené un «récent» test de missile
    • Thaïlande: la junte lève l'interdiction de mener des campagnes politiques, à l'approche des élections de 2019
    Europe

    Italie : Berlusconi remporte le vote-test au Parlement mais perd la majorité absolue

    media

    Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a remporté ce mardi 8 novembre 2011 un vote-test à la Chambre des députés grâce à l'abstention de l'opposition mais a perdu la majorité absolue, un coup qui risque de lui être fatal.

    Le chef du gouvernement italien présentait son bilan 2010 dans une ambiance pour le moins sulfureuse. Le résultat du vote c'est que Silvio Berlusconi n'a plus de majorité absolue. Alors certes, il a remporté ce vote, on s'y attendait, l'opposition a expliqué qu'elle ne voulait pas bloquer la machine de l'Etat en votant contre : tout ceux qui s'opposaient au président du Conseil se sont donc simplement abstenus.

    Et au final, Silvio Berlusconi n'a donc récolté que 308 voix, 8 en-dessous de la majorité absolue fixée à 316. Les 8 députés dont il avait besoin ont donc fait défection - cinq on le sait déjà ont rejoint le centre. L'opposition a remporté son pari : montrer à Berlusconi que la majorité n'était plus de son côté, que ses soutiens se délitaient. Et Berlusconi avait dit qu'il voulait regarder en face ceux qui allaient le trahir, il n'avait pas été déçu.

    Vers une démission de Berlusconi ?

    Tout le monde pousse Silvio Berlusconi à démissionner : le chef du Parti démocrate, l'opposition, lui a évidemment demandé de partir, juste après le vote. Même chose pour son principal allié, le chef de la Ligue du Nord Umberto Bossi, ça c'était juste avant le vote : faire « un pas de côté » et de laisser son fauteuil à son dauphin Angelino Alfano pour diriger un gouvernement de transition élargi à l'opposition centriste.

    Et puis évidemment les marchés financiers demandent aussi son départ, l'arrêt d'une politique économique jugée trop laxiste. Après le vote, Berlusconi a rencontré les principaux dirigeants de la Ligue du Nord, dont Umberto Bossi à nouveau, pour décider de la marche à suivre, démissionner ou rester. Et ce mardi soir il doit rencontrer le président italien Giorgio Napolitano.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.