GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
Samedi 21 Septembre
Aujourd'hui
Lundi 23 Septembre
Mardi 24 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Après le «printemps arabe», voici venir le «printemps balkanique»?

    La faculté de philosophie de Belgrade est occupée depuis le 17 octobre. Réunis sous le slogan « Le savoir n’est pas une marchandise », les étudiants réclament des réformes radicales. Les autorités universitaires et politiques cherchent à disqualifier le mouvement, en évoquant des « manipulations ». Des hooligans d’extrême droite ont attaqué les étudiants grévistes. Ce jeudi, une contre-manifestation est même convoquée devant la faculté de philosophie. Le récit de notre correspondante.
    « Le savoir n’est pas une marchandise » : occupation et contre-manifestations à la fac de Belgrade 

    Plusieurs centaines de personnes ont manifesté jeudi à Sarajevo, devant le siège du gouvernement du canton. Ce premier rassemblement des « indignés » de Bosnie-Herzégovine entendait protester contre l’augmentation des prix de l’eau et du chauffage. Le rassemblement a été maintenu, alors même que les autorités avaient déjà annoncé leur intention d’annuler ces hausses de prix. La plupart des manifestants étaient des retraités, on attend encore l’engagement des jeunes.
    Bosnie-Herzégovine : premier rassemblement des « indignés » de Sarajevo

    Alors que le mouvement des indignés gagne l’ensemble de la planète, va-t-on assister à un « printemps balkanique » ? La Croatie en lutte depuis le printemps a donné le la de la contestation. Pour le jeune sociologue et écrivain bosnien Igor Štiks, tous les ingrédients sont réunis pour que le verrou nationaliste et néolibéral saute dans la région, de la crise économique à celle de la démocratie. Interview, en mode révolutionnaire.
    Après le « printemps arabe », voici venir le « printemps balkanique » ?

    Faisant suite aux « manifestations Facebook » du printemps 2011, les Indignés croates se réunissent régulièrement sur la place du Ban Jelačić de Zagreb, tandis que des mouvements similaires germent en Bosnie-Herzégovine et en Serbie. Alors que les formations traditionnelles de gauche de la région paraissent toutes déconsidérées, une nouvelle gauche radicale est en train de naître, mêlant des références communistes ou anarchistes à des formes nouvelles d’expression et de protestation.
    Les « indignés » et la renaissance d’une gauche radicale : vers un « printemps des Balkans » ?

    Dans un pays toujours en transition et plombé par la récession mondiale, le tableau de la jeunesse serbe est bien sombre. Chômage, pauvreté, toxicomanie, absence de perspectives, voilà comment les 19-35 ans décrivent leur quotidien. Et plus question de perspectives d’avenir, il faut d’abord survivre. Le seul espoir pour s’en sortir : quitter la Serbie. Le constat sans appel de Vreme.
    Serbie : une jeunesse pauvre et déprimée, qui ne rêve que d’émigration 

    Des centaines de millions pour l’armée, les associations de vétérans, la visite du pape en juin dernier ou encore le pèlerinage militaire à Lourdes, sans oublier « l’information des citoyens sur l’UE ». La Croatie est en crise, le chômage explose, le pays vit au rythme de sévères mesures d’austérité mais certaines dépenses semblent « incompressibles ». À un mois des élections du 4 décembre, H-alter passe au crible ces dépenses publiques.
    Crise en Croatie : rigueur et austérité, mais pas pour tout le monde ! 

    Après avoir été à la pointe de la recherche atomique yougoslave, le site de Vinča, à 20 km de Belgrade, accueille désormais le plus grand entrepôt de déchets radioactifs d’Europe. Les autorités assurent que toutes les mesures de sécurité ont été prises, et qu’il fallait remplacer les anciens hangars délabrés. Mais pourquoi avoir choisi ce site si proche du plus grand foyer de peuplement serbe ? Le reportage de Politika.
    Serbie : la plus grande décharge nucléaire d’Europe ouvre à 20 km de Belgrade

    Le Parti libéral démocrate (LDP), le Mouvement serbe du renouveau (SPO) et l’Union sociale-démocrate (SDU) ont adopté une déclaration commune, soulignant que la Serbie avait besoin d’un changement radical de politique, notamment à propos du Kosovo, si elle voulait rejoindre un jour l’Union européenne. Čedomir Jovanović somme le président Tadić de signer cette déclaration d’ici le 9 décembre, quand une grande manifestation sera organisée à Belgrade.
    La Serbie, le Kosovo et l’UE : pour un renversement des priorités politiques 

    La mairie de Belgrade poursuit les expulsions de Roms. Parmi les derniers visés, une vingtaine de familles de déplacés chassés du Kosovo doivent être expulsées du Blok 61, à Novi Beograd, pour permettre la réalisation d’un grand programme de construction. Amnesty International dénonce les promesses de relogement jamais tenues par le gouvernement serbe.
    Serbie : la mairie de Belgrade veut expulser des réfugés Roms du Kosovo

    Tôt dans la matinée de mercredi, la Kfor a démantelé la barricade devant le poste-frontière de Jarinje. Face à la résistance des nombreux manifestants serbes, les soldats de l’Otan ont fait usage de la force. Ils bloquent désormais les routes administratives menant à Jarinje. Les responsables politiques du Nord du Kosovo appellent au calme tout en condamnant fermement l’initiative de la Kfor.
    Nord du Kosovo : la Kfor « trahit les Serbes » et démantèle la barricade de Jarinje 

    Un Serbe a été tué et deux autres blessés dans une fusillade qui a éclaté mercredi soir dans un quartier mixte du nord de Mitrovica. Pour l’instant, les circonstances de l’incident sont confuses, mais des témoins affirment que les trois hommes se sont fait tirer dessus par des Albanais, en marge d’une dispute.
    Kosovo : un Serbe tué dans une fusillade à Mitrovica

    Le président Bamir Topi et la majorité démocrate emmenée par Sali Berisha sont entrés dans une guerre d’usure depuis quelques semaines. Si bien qu’aujourd’hui, l’Albanie se trouve en situation de quasi-blocage institutionnel. Bamir Topi a été élu en 2007 en tant que candidat du Parti démocratique.
    Albanie : guerre ouverte entre la majorité démocrate et le président 

    Le gouvernement vient de voir sa nouvelle loi sur la gestion des déchets retoquée par le président, qui l’a jugée anticonstitutionnelle. Selon Bamir Topi, elle permettrait l’importation de déchets étrangers. Une menace que rejette le ministre de l’Environnement. Taulant Dino assure au contraire que ce texte protégera mieux le pays. Qui dit vrai ?
    Environnement en Albanie : halte aux déchets étrangers !

    En vingt ans de transition, Tirana a bien changé. Au temps du communisme, le directeur de l’usine habitait à côté de ses ouvriers. Le PDG d’aujourd’hui habite avec ses amis PDG dans les nouveaux quartiers résidentiels de la périphérie, protégé de la plèbe par de hautes clôtures et des gardiens privés. Ghettos de riches contre ghettos de pauvres, le clivage s’accélère dans la capitale albanaise et risque de devenir invivable.
    Ghettos en Albanie : Tirana déjà comme les États-Unis ?

    La prison de Spuž, au Monténégro, dispose d’un quartier très spécial, surnommé le « Cambodge ». Les détenus y sont entassés à 20 ou 30 par cellule, la nourriture est rationnée, une pièce est réservée à la « rééducation des rebelles ». Ce sont avant tout des Roms, des Albanais ou des migrants clandestins qui se retrouvent au « Cambodge ». Un scandale soigneusement caché, notamment lors des visites de délégations étrangères. L’enquête de Vijesti.
    Monténégro : le scandale du « Cambodge » de la prison de Spuž

    Une revue de presse présentée en partenariat avec Le Courrier des Balkans

     


    Le Courrier des Balkans traverse aujourd’hui une période difficile. Depuis maintenant trois ans, les subventions qui nous étaient habituellement accordées sont en forte diminution ou nous ont été refusées. Trouver de nouveaux financements n’est guère facile en période de crise économique et de malaise social. Nous faisons donc appel à nos lecteurs pour poursuivre cette aventure commencée en 1998. Appel aux lecteurs, soutenez Le Courrier des Balkans !

     

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.