GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 19 Août
Dimanche 20 Août
Lundi 21 Août
Mardi 22 Août
Aujourd'hui
Jeudi 24 Août
Vendredi 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Plus de 1500 migrants tadjiks interpellés en Russie

    Les autorités russes mènent une campagne contre les migrants tadjiks. Ces derniers jours, la police a interpellé 1 500 ressortissants dans différentes régions pour séjour ou travail illégal. 300 d’entre eux auraient déjà été expulsés, selon un porte-parole des services de migration du Tadjikistan. Depuis la condamnation à la prison la semaine dernière d'un pilote russe au Tadjikistan accusé de contrebande et franchissement illégal de la frontière, les relations entre les deux pays de l'ex-URSS sont tendues. Moscou exige la libération du pilote.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Les autorités russes nient officiellement tout lien avec la condamnation du pilote au Tadjikistan. Pas de quoi calmer les organisations de défense des droits de l’homme  qui se souviennent de la campagne d’expulsion menée contre les Géorgiens en 2006.

    D'autant que les déclarations hostiles aux migrantsTadjiks se multiplient. Le chef des services sanitaires russes a suggéré, par exemple, de fermer les frontières aux ressortissants tadjiks, affirmant qu'ils étaient porteurs de tuberculose et du virus du sida. Des déclarations dangereuses et dénuées de fondement, selon Olga Abramenko, de l’ONG Mémorial, à Saint Petersbourg. « Les migrants attrapent justement la tuberculose en venant Russie. On a pratiquement une épidémie de tuberculose. On ne peut pas dire qu’ils nous apportent ces maladies graves », s’insurge-t-elle.

    Pour Olga Abramenko ces interpellations massives de migrants ne sont sans doute pas innocentes en pleine campagne des législatives : « Cette décision de réprimer les migrants tadjiks est une mesure très populiste, parce qu’en Russie, il y a malheureusement beaucoup de gens qui détestent tous ceux qui ne ressemblent pas à des Russes. Ces mesures apportent de l’eau à leur moulin ».

    Selon un sondage de l'institut Levada, près de trois Russes sur cinq sont favorables au slogan « La Russie pour les Russes ».
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.