GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Hongrie, le parti Fidesz veut faire payer les socialistes pour les crimes communistes

    media Le Premier ministre hongrois Viktor Orban. AFP / George Gobet

    En Hongrie, le parti du Premier ministre Viktor Orban, la formation de droite Fidesz, a déposé au Parlement un projet de loi qui fait porter au Parti socialiste la responsabilité des crimes commis par l'ancien Parti communiste. La nouvelle loi devrait s'appliquer à partir du 1er janvier 2012 dans le cadre de la nouvelle Constitution hongroise. Elle est d'ores et déjà controversée.

     

    Pour le Premier ministre Viktor Orban, il s'agit de punir enfin les crimes perpétrés sous le communisme. La liste de ces crimes est donnée en préambule au projet de loi : la liquidation de la jeune démocratie hongroise à la fin de la Seconde Guerre mondiale avec le soutien des Soviétiques, la répression de la révolte populaire de 1956 et toutes les exactions commises contre les citoyens hongrois, tortures, meurtres et travaux forcés.

    La loi met en cause le Parti socialiste en tant qu'héritier du patrimoine de l'ex-Parti communiste hongrois, et à cause des liens personnels qui ont assuré la continuité des deux formations.

    Mais des voix dans le pays reprochent au Premier ministre Viktor Orban et à ses alliés de vouloir mettre en accusation des hommes politiques qui avaient entre huit et quinze ans au moment du changement de régime.

    Pour le député socialiste Gergely Barandy, le véritable objectif du pouvoir n'est pas de faire condamner les criminels communistes mais d'obtenir par des moyens légaux la dissolution du Parti socialiste. La loi devrait passer sans problème, le parti de Viktor Orban dispose d'une majorité de deux tiers au Parlement de Budapest.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.