GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Mardi 23 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 25 Juillet
Vendredi 26 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Ukraine: le procès en appel de l’ex-Premier ministre Ioulia Timochenko débute sans elle

    media Des partisans de l'ex-Premier ministre et opposante ukrainienne Ioulia Timochenko étaient devant la cour d'appel de Kiev, jeudi 1er décembre 2011. AFP / Genya Savilov

    Le procès en appel de l’ex-Premier ministre et opposante ukrainienne Ioulia Timochenko a commencé ce jeudi 1er décembre 2011 à Kiev en son absence. Ses avocats évoquent des graves problèmes de santé. Incarcérée depuis août dernier, l’ancienne égérie de la « révolution orange » a été condamnée à sept ans de prison. L’affaire a provoqué une crise importante entre l’Ukraine et l’Union européenne qui soupçonne que des motivations politiques se cachent derrière le verdict.

     

    Officiellement, Ioulia Timochenko a été condamnée pour « abus de pouvoir » commis lors de la conclusion des accords gaziers entre l’Ukraine et la Russie.

    Après une virulente réaction des Occidentaux, on s’attendait à ce que le Parlement vote une loi dépénalisant les faits reprochés à l'ancien Premier ministre, afin de lui permettre de recouvrer la liberté en appel, à la faveur de la nouvelle loi.

    Cependant, celle-ci n’a finalement jamais été votée. Pire, une nouvelle inculpation a été formulée contre Ioulia Timochenko, cette fois pour un supposé détournement de fonds publics.

    Résultat : l’Union européenne a annulé une visite du président Viktor Ianoukovitch à Bruxelles. L’enjeu politique est l’accord d’association entre les Vingt-Sept et l’Ukraine. Manifestement, Viktor Ianoukovitch ne veut pas le signer, mais en même temps il ne veut pas être accusé de l’avoir saboté.

    En multipliant les procès contre Ioulia Timochenko, il tente donc de provoquer les Européens à bloquer eux-mêmes sa mise en œuvre. Ce qui permettrait au président, souvent qualifié de pro-russe, de mieux arrimer le pays à la Russie.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.