Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se retrouvent pour proposer des réformes européennes - Europe - RFI

 

  1. 18:10 TU Décryptage
  2. 18:30 TU Journal
  3. 18:33 TU Sessions d'information
  4. 18:40 TU Débat du jour
  5. 19:00 TU Journal
  6. 19:10 TU Grand reportage
  7. 19:30 TU Journal
  8. 19:40 TU Sessions d'information
  9. 20:00 TU Journal
  10. 20:10 TU La bande passante
  11. 20:30 TU Journal
  12. 20:33 TU La bande passante
  13. 21:00 TU Journal
  14. 21:10 TU Couleurs tropicales
  15. 21:30 TU Journal
  16. 21:33 TU Couleurs tropicales
  17. 22:00 TU Sessions d'information
  18. 22:30 TU Sessions d'information
  19. 23:00 TU Journal
  20. 23:10 TU Accents d'Europe
  21. 23:30 TU Journal
  22. 23:33 TU Danse des mots
  23. 18:10 TU Décryptage
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:33 TU Sessions d'information
  1. 18:10 TU Grand reportage
  2. 18:30 TU Sessions d'information
  3. 19:00 TU Journal
  4. 19:10 TU Décryptage
  5. 19:30 TU Journal
  6. 19:40 TU Débat du jour
  7. 20:00 TU Journal
  8. 20:10 TU La bande passante
  9. 20:30 TU Journal
  10. 20:33 TU La bande passante
  11. 21:00 TU Journal
  12. 21:10 TU Autour de la question
  13. 21:30 TU Journal
  14. 21:33 TU Autour de la question
  15. 22:00 TU Sessions d'information
  16. 22:30 TU Sessions d'information
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Europe

Allemagne Angela Merkel Crise économique Finances France Nicolas Sarkozy Union Européenne

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se retrouvent pour proposer des réformes européennes

media

Le président Sarkozy et la chancelière allemande Angela Merkel se rencontrent lundi 5 décembre 2011, à Paris pour préparer des propositions communes pour sortir de la crise de la dette en zone euro. Ces propositions seront présentées lors du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement européens jeudi 8 et vendredi 9 décembre, à Bruxelles. D'accord sur l'objectif à atteindre, des points de désaccords persistent cependant entre le président et la chancelière.

L'objectif à atteindre c'est le renforcement de l'Union européenne par une plus grande discipline budgétaire des Etats membres, discipline garantie par un durcissement des sanctions à l'égard de ceux qui ne respecteraient pas leurs engagements. Cela passerait par une révision des traités européens afin d'inscrire la règle dans le marbre et permettre un contrôle extérieur des budgets nationaux.

Réticent au départ, Nicolas Sarkozy s'est résolu à cette fermeté exigée de la chancelière allemande. En contrepartie du volet discipline du plan de sortie de crise, le président français souhaiterait que l'Allemagne ne fasse pas l'impasse sur le volet solidarité européenne.

Cela implique plus de souplesse de la part d'Angela Meckel sur le rôle de la Banque centrale européenne (BCE) dans le rachat de la dette des Etats et l'instauration d'euro-obligations. Des concessions que la chancelière pourrait bien être amenée à faire, à plus ou moins court terme, si elle obtient des garanties de respect de la discipline budgétaire et en raison de la pression croissante qui s'exerce sur elle, y compris dans son propre pays.

La France et l’Allemagne sont vraiment décidées d’avancer l’union fiscale, voire l’union politique de l’Europe parce qu’elles ont réalisé que sinon on n’arrivera pas à un équilibre européen.
Ulrike Guérot Représentante en Allemagne du Conseil européen pour les relations internationales 10/10/2013 - par Francine Quentin écouter


 

Sur le même sujet
Commentaires
 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.