GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 18 Février
Mardi 19 Février
Mercredi 20 Février
Jeudi 21 Février
Aujourd'hui
Samedi 23 Février
Dimanche 24 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Jacques Lizène : « Je suis un grand maître de l’Art médiocre »

    media

    C’est un artiste qui se revendique comme l’inventeur de l’ « Art nul » mais quand c’est dit avec tant d’assurance, il faut se méfier. Jacques Lizène, né en 1946 à Liège, en Belgique, utilise l’idiotie comme une stratégie contemporaine. Entretien avec « l’artiste idiot ».

    RFI: Jacques Lizène, faut-il vous croire ?

    Jacques Lizène : Il faut toujours croire les artistes même quand ils plaisantent
     
    RFI : Et vous plaisantez ou pas ?
     
    J.L. : A certains moments oui, à d’autres non. Par exemple, à propos de l’idiotie, c’est un terme qu’employait plutôt Jean-Yves Jouannais. Moi j’appelais cela l’Art stupide, en 1971. J’ai d’ailleurs créé l’Institut de l’Art stupide, et c’est assez stupide puisque j’étais le seul membre, cela n’avait rien d’institutionnel.
     
    RFI : L’Art stupide, c’est votre art à vous ? Vous avez dit aussi Art nul souvent.
     
    J.L. : Absolument, c’est une autre facette de l’art stupide. L’Art nul, c’est quand c’est nul. Quand c’est stupide ce n’est pas si nul mais c’est stupide.
     
    RFI : Parmi les très nombreuses définitions de vous-même il y a aussi « Jacques Lizène petit maître Liégeois de la seconde moitié du XXe siècle ». Donc en plus d’être nul vous êtes modeste ?
     
    J.L. : Cela n’a rien à voir avec la modestie. C’est en1969 qu’un ami me passe un livre du critique d’art Pierre Restany où il dit : « Non, Daniel Spoerri n’est pas un petit maître ». Alors je me suis dit moi je vais devenir un petit maître.
     
    RFI : Et pourquoi ? Pourquoi revendiquer cette idée de « petit maître » ? C’est un clin d’œil à la grande peinture du nord de l’Europe où il y avait les grands maîtres et les petits maîtres ?
     
    J.L. : C’est un clin d’œil. A cette époque, j’étais amateur d’art, je me disais si je veux devenir artiste il faut que je trouve un créneau. Alors j’ai pris le créneau de la médiocrité, de la stupidité, de l’art nul. Comme si j’étais mon propre historien de l’art, l’auto-historicité de l’art. Il fallait que je me définisse. Alors, pourquoi « petit maître » ? A la lecture de Restany je me suis dit : tiens voilà une formule qui a l’air d’être négative donc je vais la prendre à mon compte.
     
    RFI : Vous avez essayé aussi de rentrer dans le Larousse en 1994 avec cet intitulé de « petit maître de la seconde moitié du XXe siècle », mais vous avez fait chou blanc.
     
    J.L. : Ah oui ! En plus, le responsable, c’était Gilbert Gatellier, m’a écrit une très belle lettre aussi humoristique que ma démarche. Félicitations Gatellier si vous êtes encore en vie je vous salue. Mais ma démarche, c’était pour en ressortir l’année suivante.
     
    RFI : Cela n’est pas possible avec le Larousse.
     
    J.L. : Comme il l’explique, bien que l’idée soit amusante, ils sont trop austères pour se prêter à cette sorte d’insertion évènement.
     
    RFI : Quand vous dites je cherchais un créneau et j’ai trouvé ce créneau là, qu’est ce que cela veut dire ? C’est une posture, que vous auriez pu être un grand maître ?
     
    J.L. : Mais je suis un grand maître. Je suis un grand maître de l’Art médiocre. C’est une posture. D’ailleurs j’appelle ce genre depuis 1965 l’Art d’attitude. Je suis collectionneur d’art, virtuellement, depuis 1961. En 1964 je décide de devenir artiste, en 1965 je décide de ne pas procréer et d’appeler ça de l’Art d’attitude. Cela sonne mieux qu’Art posture. Et puis avec posture il y a aussi tout de suite les coquins qui vont dire « oh posture imposture » et ils auraient  raison. Il y a de la posture et de temps en temps un peu d’imposture.
     
    RFI : Cela veut dire que quand je vous voie, je suis face à une œuvre d’art Jacques Lizène ?
     
    J.L. : Absolument, c’est étonnant, hein ? Une œuvre d’art moche ! Mais il faut de tout pour faire un monde !
     
    RFI : Mais vivante surtout !
     
    J.L. : Ah oui. Ben, je ne sais pas si je continuerai à faire ce genre de démarche après ma mort (rire). Notez bien, çà peut être amusant un fantôme qui vient refaire de l’art de la stupidité et de l’art sans importance. Mais je ne sais pas si les fantômes existent.
     
    __________________________________________________________
    - Le vendredi 9 décembre, Jacques Lizène sera présent au Centre Pompidou Metz pour commenter plusieurs de ses films à l’occasion d’une semaine belge « Y a-t-il une exception belge ? ».
     
    - Une Rapide rétrospective 1964-2011 était consacrée à Jacques Lizène entre le 16 octobre et 27 novembre au passage de Retz à Paris sous le titre Désastre jubilatoire.
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.