GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 11 Décembre
Jeudi 12 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Italie : deux Sénégalais tués par un militant d’extrême droite à Florence

    media Deux Sénégalais ont trouvé la mort dans un marché du centre-ville, ce mardi 13 décembre. REUTERS/Stringer

    Au cours d’une expédition meurtrière, deux vendeurs ambulants sénégalais ont trouvé la mort sous les balles d’un quinquagénaire appartenant à l’extrême droite italienne, ce mardi 13 décembre à Florence. Trois autres ont été grièvement blessés. Une tuerie unanimement condamnée au sommet de l’Etat.

    Avec notre correspondante à Rome, Marie-Delphine Bonada

    La fièvre monte dans la communauté sénégalaise de Florence après la tuerie. Si bien que dans l’espoir de calmer les manifestants qui s’étaient rassemblés spontanément en hurlant « raciste, raciste », la police s’est empressée de les informer que le tueur s’était suicidé dans le parking souterrain où il s’était enfui après la deuxième fusillade contre d’autres Sénégalais.

    Le bilan est lourd : deux morts et un blessé grave qui restera certainement paralysé pour le restant de sa vie, dans le premier marché où le tueur a fait feu, et deux blessés dans le marché du centre de Florence, San Lorenzo. Et les forces de l’ordre ont beau dire qu’il s’agit du geste d’un fou, les Sénégalais rétorquent que c’est contre des Africains que le tueur a tiré à deux reprises. Il s’agit d’ailleurs d’un militant d’extrême droite, un certain Gianluca Casseri, 50 ans, fréquentant le centre Ezra Pound et qu’un forum raciste a déjà élevé au rang de héros.

    Cette tuerie a profondément affecté les autorités : le maire de Florence, le président de la République, et le nouveau ministre pour l’Intégration qui condamne « ce réseau de haine » qui prend pied en Italie.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.