GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 21 Novembre
Vendredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: la côte de popularité de Vladimir Poutine en baisse dans les sondages

    media Vladimir Poutine, Premier ministre russe. REUTERS/Alexsey Druginyn/RIA Novosti/Pool

    La vague de contestation en Russie semble avoir sérieusement écorné l’image de Vladimir Poutine, l’actuel Premier ministre. L’opposition dénonce les résultats des élections législatives du 4 décembre qui ont donné la victoire à Russie Unie, le parti de Poutine. Et à trois mois de l'élection présidentielle à laquelle le Premier ministre est candidat, il subit une baisse de popularité dans les sondages.

    Si la présidentielle avait lieu dimanche 18 décembre 2011 en Russie, Vladimir Poutine serait contraint à un second tour. Il arriverait en tête, certes, et loin devant ses autres concurrents, mais il ne recueillerait que 42% des voix, selon l'institut Vtsiom, bien loin des chiffres de 2004, où l’actuel Premier ministre avait été élu avec plus de 71% des suffrages.

    Depuis l’annonce en septembre dernier de sa volonté de revenir au Kremlin et d’échanger son poste avec Dmitri Medvedev, les réactions négatives se sont multipliées. Et même si sa réélection en mars prochain ne fait guère de doute, les analystes constatent une érosion de sa popularité.

    D'après l'institut Vtsiom, 51% des Russes se déclarent aujourd'hui satisfaits de la façon dont l'actuel Premier ministre accomplit sa tâche. Ils étaient 61% avant le scrutin du 4 décembre. Un recul que le porte-parole de Vladimir Poutine tente de relativiser. Selon Dmitri Peskov, il s’agit d’une « surcharge émotionnelle post-électorale » de l'opinion russe, qui ne pourra être que temporaire.

    Jeudi 15 décembre, au cours d’une séance de questions-réponses télévisées, Vladimir Poutine a promis de démocratiser son régime tout en ironisant sur la contestation populaire. Rien ne dit qu’un tel discours calmera les ardeurs de ceux qui refusent de reconnaître le résultat des législatives et se disent prêts à descendre de nouveau dans la rue le 24 décembre.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.