GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Samedi 17 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Alexeï Navalny : la naissance d’un leader de l’opposition

    media Les manifestants brandissent une image d'Alexeï Navalny, le charismatique bloggueur, 24 décembre 2011. Konstantin Zavrazhin/Getty Images

    Il est grand, blond, une voix profonde, qui porte loin, une stature d’athlète : Alexeï Navalny a su galvaniser les foules moscovites rassemblées contre Poutine et la corruption sur le boulevard Sakharov ce samedi 24 décembre. Le blogueur qui vient de sortir de prison apparaît de plus en plus comme un leader pouvant rassembler les diverses fractions de l’opposition née d’un ras-le-bol de la corruption du pouvoir. Portrait.

    Quand il s’est emparé du micro devant la foule réunie sur le Sakharov prospect, la température est tout de suite montée d’un cran. C’est en orateur chevronné qu’il a lancé en guise de bienvenue : « Bonjour nation de singes ! » provoquant le rire des manifestants. C’est ainsi que Vladimir Poutin a traité les opposants dans une émission de télévision, les invitant à venir le voir. « On nous a appelés et nous sommes venus. Et où est celui qui nous a appelés ? Qui est-il ? Un dangereux python ou un chacal peureux ? », continuait Navalny suscitant l’hilarité générale. « Nous sommes suffisamment nombreux ici, pour prendre Kremlin. Mais nous sommes des gens pacifistes. Nous n’allons pas le faire. Pas pour l’instant. » Puis le charismatique opposant s’est fait plus menaçant : « Mais s’ils ne nous rendent pas ce qui nous appartient, nos voix volées et les élections, nous allons les reprendre nous-mêmes ». En réponse, la foule scandait le nom : Alexeï Navalny !

    Un tribun est certainement né ce jour-là. Pourtant, il y a encore trois ans personne ne connaissait ce féru d’internet, juriste de son métier, père de deux enfants. Défenseur de petits actionnaires, il a séjourné aux Etats-Unis, où il a décroché une bourse à l'université de Yale.
     
    Julien Assange russe
     
    Alexeï Navalny, 34 ans, est aujourd'hui un peu la version russe de Julien Assange. Il s’est fait connaître en 2009 en créant un site internet RosPil. Il s’agit d’une espèce de WikiLeaks russe, un site où les internautes sont encouragés à publier les documents dénonçant les affaires de corruption en Russie. La plus part de documents ne sont pas confidentiels. Ce sont plutôt des rapports et budgets de l’Etat russe censés être publics.
     
    Navalny commence à faire parler de lui en octobre 2010 quand il publie des documents accusant le géant d'énergie Transneft de détournement de fonds à la hauteur de 2,9 milliards d'euros, au moment de la construction d’un oléoduc en Sibérie.
     
    Le blog de Navalny devient le plus lu de Russie. Lors de l'élection du maire de Moscou, une élection virtuelle, sur internet le donne vainqueur. Le blogueur lance en février dernier une phrase assassine sur la formation de Vladimir Poutine, la Russie unie, qu’il qualifie de « parti des voleurs et des escrocs ». Petite phrase qui devient le slogan des opposants. Les autorités choisissent d'abord e l'ignorer. Mais quand le 4 décembre, au lendemain des élections législatives, il prend la parole en dénonçant les fraudes, le pouvoir réagit en l'envoyant pour 15 jours en prison. Navalny en sortira en héros.
     
    Des penchants nationalistes
     
    Le charisme et la verve d’Alexeï Navalny sont indéniables. Cependant son programme politique et ses idées demeurent assez foues, exception de sa lutte contre la corruption. Navalny semble ratisser large. Et n’a pas peur de se montrer régulièrement lors des Marches russes : des rassemblements ultra-nationalistes. Il a participé aussi à une manifestation « Nourrir le Caucase, ça suffit ».
     
    Les ambitions politiques de Navalny, elles, sont claires. Reste à savoir s’il réussira à réunir assez de signatures pour se présenter à l’élection présidentielle qui doit se dérouler en Russie au mois de mars 2012.
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.