La Russie pourra faire passer son gazoduc South Stream par la Turquie - Europe - RFI

 

  1. 17:10 TU Sessions d'information
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU Orient hebdo
  5. 18:00 TU Journal
  6. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  7. 18:30 TU Journal
  8. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  9. 19:00 TU Journal
  10. 19:10 TU Musiques du monde
  11. 19:30 TU Journal
  12. 19:33 TU Musiques du monde
  13. 20:00 TU Journal
  14. 20:10 TU Musiques du monde
  15. 20:30 TU Journal
  16. 20:33 TU Musiques du monde
  17. 21:00 TU Journal
  18. 21:10 TU Si loin si proche
  19. 21:30 TU Journal
  20. 21:33 TU Si loin si proche
  21. 22:00 TU Journal
  22. 22:10 TU Archives d'Afrique
  23. 22:30 TU Journal
  24. 22:40 TU Archives d'Afrique
  25. 23:00 TU Journal
  1. 17:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  2. 17:30 TU Journal
  3. 17:33 TU Sessions d'information
  4. 17:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  5. 20:00 TU Journal
  6. 20:10 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  7. 20:30 TU Journal
  8. 20:33 TU Eco d'ici Eco d'ailleurs
  9. 21:00 TU Journal
  10. 21:10 TU Orient hebdo
  11. 21:30 TU Journal
  12. 21:33 TU Le club RFI
  13. 22:00 TU Journal
  14. 22:10 TU Archives d'Afrique
  15. 22:30 TU Journal
  16. 22:40 TU Archives d'Afrique
  17. 23:00 TU Journal
  18. 23:10 TU EN SOL MAJEUR 1S
  19. 23:30 TU Journal
fermer

Europe

Energies Russie Turquie

La Russie pourra faire passer son gazoduc South Stream par la Turquie

media

La Russie vient d'obtenir l'autorisation de construire sur le territoire turc une partie du gazoduc South Stream qui permettra d'ici à 2015 d'acheminer du pétrole russe de la mer noire vers l'Europe, tout en contournant l'Ukraine. Une décision qui risque bien de compromettre le projet Nabucco soutenu par l'Union européenne.

Avec notre correspondant à Istanbul, Jérôme Bastion

Deux jours à peine après la signature d’un accord avec l’Azerbaïdjan pour construire un gazoduc traversant l’Anatolie de part en part, c’est cette fois la Russie qu’Ankara va aider à exporter son gaz vers l’Europe, via ses eaux territoriales en mer Noire.

L’un des buts de Moscou était en effet de contourner l’Ukraine, avec qui les Russes ont eu plusieurs conflits sur le transit de leur gaz. Le pipeline, qui doit entrer en service dès 2015, transportera annuellement 63 milliards de mètres cube de gaz vers la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie, l’Autriche et l’Italie, avec une bifurcation vers la Croatie, la Macédoine, la Grèce et la Turquie.

Depuis septembre, la Turquie faisait traîner sa décision pour faire baisser les prix du gaz que la Russie livre via deux autres pipelines. Un différend qui semble réglé mais on ne sait pas à quelles conditions.

Ce nouveau projet semble en tout cas compromettre un peu plus le projet Nabucco voulu par les Européens mais qui n’arrive pas à se concrétiser. La Russie renforce ainsi sa position de premier fournisseur de gaz à l’Europe, et la Turquie celle de premier pays pour son transit.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.