GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: grand incendie à l'entrée du campus où se trouvent les manifestants (AFP)
    • Foot/Euro-2020: les Bleus, vainqueurs en Albanie (2-0), terminent en tête de leur groupe
    • Éliminatoires CAN 2021 : le Gabon s’impose à domicile face à l’Angola lors de la deuxième journée (2-1)
    • Iran: la Maison Blanche condamne l'utilisation de la force contre les manifestants
    Europe

    Derrière l'humour russe, la contestation...

    media Contrôle de police en Sibérie d'une voiture arborant les rubans blancs de la contestation, le 29 janvier 2012. Reuters/Ilya Naymushin

    Le mouvement de contestation en Russie prend de l’ampleur, des opposants au régime apparaissent dans les médias traditionnellement contrôlés. Tout cela non sans un certain sens de l’humour. Car dernièrement, les officiels russes ont dû faire face à des actions de contestation sous la forme d’un groupe de rock d’anciens parachutistes, d’une manifestation en voitures au cœur de Moscou, d’une autre avec des jouets en Lego en Sibérie… Tout cela pour réclamer un impératif changement dans le régime russe. Un sens de l’humour à prendre au sérieux ?

    Le 25 janvier, le président russe Dmitri Medvedev a été interpelé par un étudiant. « Notre pays est actuellement en situation tendue, révolutionnaire. Etes-vous prêt à assumer vos responsabilités ? », lui a demandé Vladimir Poliakov, étudiant de la faculté de journalisme de l’Université de Moscou. « Comprenez-vous que vous pourriez être condamné même à la peine de mort ? Etes-vous prêt à accepter ça courageusement comme l’a fait Saddam Hussein ou allez-vous émigrer en Corée du Nord ? », a-t-il insisté. M. Medvedev, visiblement étonné, a répondu « Quand on est président, on doit être prêt à faire face à tout. Moi aussi, j’y suis prêt ». Puis il a ajouté en souriant « C’est peut-être la question la plus courageuse que vous ayez posée dans votre vie. »

    « Le Kremlin autorise l'apparition des opposants pour garder le pouvoir »

    Depuis les législatives du 4 décembre, remportées avec près de 50% des suffrages par le parti au pouvoir Russie unie, les autorités russes font face à un mouvement de contestation sans précédent. Ces législatives ont été marquées par des fraudes selon l’opposition et des observateurs. Le pouvoir tente donc de laisser la contestation s’exprimer : « le Kremlin à décidé qu'en autorisant l'apparition des opposants, il pourra garder le pouvoir », a ainsi estimé l'expert des medias Daniil Dandoureï. « Un miracle a eu lieu dimanche soir à la télévision officielle: pour la première fois depuis des années, les chaînes NTV et Pervy ont donné la parole à l’opposition », a ainsi écrit sur le site de la radio indépendante Echo de Moscou l’ex-ministre russe de l’Economie Andreï Netchaïev.

    En prime-time, il dénonce « le parti de voleurs et de fripouilles » de Poutine

    Des leaders de l’opposition russe, dont Boris Nemtsov et Vladimir Ryjkov, sont ainsi apparus sur des chaînes de la télévision officielle après plusieurs années de censure. C’est donc en prime-time que le libéral Vladimir Ryjkov a dénoncé « le parti de voleurs et de fripouilles » de M. Poutine sur la chaîne Pervy (Première). La semaine dernière, il s’agissait d’autres opposants comme l’ex-champion des échecs Garry Kasparov et un ancien conseiller économique de M. Poutine passé à l’opposition, Andreï Illarionov, qui étaient apparus brièvement à la télévision officielle.

    La popularité de M. Poutine, Premier ministre depuis près de quatre ans, est en baisse, mais il reste le grand favori de la présidentielle de mars, à l’issue de laquelle il compte revenir au Kremlin qu’il avait dû quitter après deux mandats consécutifs (2000-2008). Alors dans la rue, et dans l’attente de la manifestation du 4 février, la contestation s’organise avec beaucoup d’humour…

     

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.