GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 9 Décembre
Mardi 10 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Corée du Nord: «test très important» sur la base de lancement de Sohae (KCNA)
    Europe

    Election présidentielle en Russie: internet mobilise les Russes

    media Une chaîne humaine d'anti-Poutine de 16 km s'est formée le 26 février autour de Moscou.Objectif inciter les gens à ne pas voter pour Vladimir Poutine lors de l'élection présidentielle, le 4 mars prochain. L'appel avait été lancé via les réseaux sociaux. Reuters/ Grigory Dukor

    Utilisé tant par l’opposition que par le régime de Vladimir Poutine, Internet s’est imposé en Russie comme un outil incontournable de l'élection présidentielle russe qui se tiendra le 4 mars 2012. Vidéos parodiques, photos truquées, clips, réseaux sociaux, tous ces nouveaux outils sont devenus les ingrédients d’un nouveau type de campagne présidentielle. Rien d’étonnant puisque 51 millions de Russes sont connectés à Internet, dans un pays de 143 millions d’habitants.

    Selon ComScore, l'internaute russe moyen passe un peu plus de 22 heures par mois sur le réseau Internet. Et les élections russes n’ont certainement pas fait diminuer ce chiffre. Les réseaux sociaux montent en puissance. Le site le plus visité est VKontakte, l'équivalent russe de Facebook avec 34,3 millions de visiteurs uniques russes en septembre 2011. Les appels à manifester passent par ce biais, ainsi que les vidéos parodiques ou dénonciatrices qui se propagent avec grand succès. La dernière en date a été vue plus de 5 millions de fois. On y voit Vladimir Poutine derrière les barreaux, accusé de préparation d'actes de terrorisme et le FSB (service fédéral de sécurité) taxé d'être le commanditaire des attentats de 1999 en Russie pour justifier la guerre en Tchétchénie. Un buzz particulièrement violent à l'encontre du pouvoir en place.

    La Toile est aussi un moyen de diffuser des reportages qui ne peuvent passer à la télévision. En effet, dimanche 26 février, des milliers d’opposants tentent de former une chaîne humaine, le long de l’avenue circulaire autour de Moscou. Une équipe de journalistes est là et filme l'évènement. La retransmission se fera sur le site Internet ridus.ru créé par le blogueur Ilia Varlamov. Premier site de journalisme citoyen, ridus connaît un franc succès. Il permet aux individus d’être partie prenante de l’information. Quasiment pas relayée à la télévision, la mobilisation de dimanche a fédéré 30 000 personnes selon les opposants, 11 000 selon la police. Ce phénomène de mobilisation via les réseaux sociaux est essentiellement constaté à Moscou. Ailleurs, la télévision, toujours sous le contrôle de l’Etat, reste le moyen de s’informer le plus utilisé.

    Internet et la propagande pro-Poutine

    Le régime tente de prendre le train en marche et peaufine son image sur la Toile. Dimitri Medvedev a créé sa page sur le réseau social Vkontakte. Récemment, une série de vidéos a été diffusée afin de mobiliser les jeunes électrices pour le vote du 4 mars. Une comparaison entre « voter pour la première fois » et la perte de la virginité est le fil conducteur du message qui recommande de faire le bon choix, celui de l'amour, le jour de l’élection.

    Un collectif de jeunes femmes a également vu le jour sur le réseau social Vkontakte. Des ambassadrices de charme regroupées sous l’appellation « Armée de Poutine » vante les mérites du candidat dans des vidéos sexy-militantes.

    Les services de sécurité surveillent la dissidence sur le Net

    En savoir plus sur les réseaux sociaux russes

    Le FSB (ex-KGB) tente aussi de se mettre au goût du jour en contrôlant la mobilisation via internet. Après les manifestations contestataires de la victoire du parti au pouvoir aux législatives de décembre 2011, le FSB aurait pris contact avec les créateurs du réseau social VKontakte.ru pour bloquer les groupes d’opposants présents sur le site. Des messages de ce type sur certaines pages ont été trouvés : « Ces derniers jours, le FSB a demandé de bloquer les groupes d'opposition, dont le vôtre. Nous ne le faisons pas, par principe ». Le portail Internet Yandex aurait lui divulgué des renseignements sur les contributions financières apportées via ses services à un blogueur Alexeï Navalny, figure de l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.