GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Grèce : accord des créanciers privés d'Athènes pour soutenir le plan de secours européen

    media Le siège de la Banque de Grèce à Athènes. REUTERS/John Kolesidis

    Les créanciers privés d'Athènes sont d'accord pour soutenir le plan de secours européen. Un plan qui consiste à effacer partiellement la dette grecque. Une condition indispensable au versement des 130 milliards d'euros d'aide prévu dans le cadre du deuxième plan de sauvetage de la Grèce.

    Il a fallu plus de dix jours à l'Institut de la finance internationale pour accorder un soutien « fort » au plan de secours européen, arrêté le 21 février dernier à Bruxelles. Rien d'étonnant puisqu’il s'agit d'effacer 107 des 200 milliards d'euros de la dette grecque, détenus par les créanciers privés. Un montant inédit en matière de restructuration de dette d'Etat. La refonte des titres grecs aura donc lieu le 12 mars prochain.

    Chargée de négocier la réduction des créances d'Athènes, la fédération des grandes banques mondiales rappelle que cette opération est indispensable. Elle doit aider la Grèce à mener à bien les réformes décidées par le gouvernement du Premier ministre Lucas Papademos et permettre le redémarrage économique du pays.

    L'effacement d'une partie de la dette est, en effet, une condition pour le versement des 130 milliards d'euros du deuxième plan de sauvetage. Mais, comme le suggère l'hebdomadaire allemand Der Spiegel, il n'est pas du tout certain que la Grèce puisse revenir sur les marchés de crédits en 2015. Auquel cas il faudrait un troisième plan de sauvetage d'un montant de 50 milliards d'euros.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.