GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    L’effacement de la dette de la Grèce: un répit à court terme

    media Le Premier ministre grec Lucas Papademos (G) et le ministre des Finances Evangelos Venizelos au Parlement grec, vendredi 9 mars. REUTERS/Yiorgos Karahalis

    La Grèce a gagné son pari. Athènes a réussi à convaincre ses créanciers privés d'effacer une ardoise de 107 milliards d'euros. Cette opération évite à Athènes le défaut de paiement et lui permet d’obtenir une nouvelle aide internationale.

    C’est donc le soulagement en Europe, puisque les créanciers privés ont accepté massivement de participer à cette opération de restructuration de dette souveraine, la plus importante de l’histoire. Ils ont joué le jeu au-delà des espérances du gouvernement grec qui avait fixé à 75% la participation des créanciers privés. Un seuil minimum pour garantir le sauvetage du pays. Ce chiffre a été largement dépassé, puisqu'Athènes a annoncé, ce vendredi 9 mars 2012, une participation de près de 85% des créanciers privés. Banques, assurances, fonds d’investissement ont accepté de renoncer à trois quart des dettes qu’ils détiennent. L’échange de titres va permettre de réduire de 107 milliards d’euros l’endettement de la Grèce sur un montant total de 350 milliards détenus par les créanciers privés mais aussi institutionnels.

    Au total, les créanciers privés d'Athènes vont, donc, perdre 107 des 260 milliards de dette grecque qu’ils détenaient. Concrètement, ils vont échanger les obligations qu'ils détiennent contre de nouveaux titres d’une valeur inférieure de 46,5% et ils renoncent au reste. Sans compter que ces titres vont également avoir une maturité plus longue. Il s’agira pour l'essentiel d’obligations émises par le FESF, le Fonds européen de stabilité financière, ce mécanisme mis en place pour venir en aide aux pays les plus fragiles de la zone euro.

    Le bémol de Berlin

    Tout le monde a salué le succès de cette restructuration. Les marchés ont pris le parti de l’optimisme, les dirigeants européens également. Dès jeudi soir, la directrice générale du Fonds monétaire international, Christine Lagarde, a estimé que « le risque d'une grave crise de l'Europe était pour l'instant écarté ». Même tonalité pour le secrétaire américain au Trésor, Timothy Geithner, et pour le président français Nicolas Sarkozy, qui estiment, tous deux, que « le pire semble aujourd’hui évité ».

    Plus mesuré, Berlin se félicite qu'« un pas vers la stabilisation de la zone euro ait été franchi », tout en soulignant que « la crise grecque est loin d'être réglée ». Cette opération de décote va permettre à Athènes de retrouver de la crédibilité auprès des partenaires européens, mais également auprès du peuple grec très éprouvé par les mesures d’austérité.

    Feu vert au deuxième plan de sauvetage

    Ce succès va maintenant ouvrir la voie au déblocage de l'aide financière internationale. Effectivement, cette restructuration de la dette va permettre à Athènes d’obtenir une nouvelle aide internationale de 130 milliards d’euros. Le président de l'Eurogroupe Jean-Claude Juncker a annoncé, ce vendredi 9 mars 2012 en début d'après-midi à Bruxelles, que « toutes les conditions étaient réunies pour le déblocage de ce deuxième plan de sauvetage », auquel doit également participer le Fonds monétaire international. Une première tranche d’aide pourrait être versée rapidement. Il y a en effet urgence, le pays doit rembourser un prêt de 14 milliards d’euros pour le 20 mars prochain.

    Certes, cette restructuration de la dette va alléger les besoins de financement de la Grèce à moyen terme, jusqu’en 2014. Mais la situation reste problématique à plus long terme. La dette grecque s’élèvera, dans le meilleur des cas, à 120% de la richesse nationale en 2020. Sans compter que tous les clignotants de l’économie grecque sont au rouge. La récession qui frappe le pays s’est fortement aggravée fin 2011. Le produit intérieur brut a ainsi plongé de 7,5% au quatrième trimestre. Et 2012 va encore être une année très difficile pour les Grecs. Mais le pays a encore des capacités de rebonds dans deux secteurs : celui du tourisme et de l’agriculture. Dernier secteur porteur, les nouvelles technologies, grâce à une main-d'œuvre jeune et bien qualifiée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.