GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    En Italie, une enquête judiciaire vise le trésorier de la Ligue du Nord

    media Le numéro 2 de la Ligue du Nord (G) l'ex-ministre de l'Intérieur Roberto Maroni, a appelé Francesco Belsito à démissionner. REUTERS/Alessadro Garofalo

    Des perquisitions ont été effectuées mardi 3 avril au siège de la Ligue du Nord, à Milan, dans le cadre d'une enquête visant le trésorier de ce parti très implanté dans le nord de l'Italie et ex-allié clé des gouvernements Berlusconi. L'enquête qui vise plusieurs autres personnes qui sont impliquées dans les opérations financières de la Ligue a provoqué de sérieux remous au sein du parti.
     

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Depuis sa fondation en 1989, la Ligue du Nord s’est toujours vantée d’être un parti en première ligne dans la lutte contre l’illégalité. Les enquêtes menées par les parquets de Milan, Naples et Reggio de Calabre ont donc un retentissement très particulier.

    Au centre du scandale, le trésorier Francesco Belsito mis en examen pour « détournements de fonds » et « escroquerie aux dépens de l’Etat ». Les enquêteurs se penchent sur des investissements opaques en Tanzanie, à Chypre et en Norvège pour une valeur de 8 millions d’euros reçus à titre de remboursements électoraux.

    Autre volet de l’enquête : près de 500 000 euros auraient été détournés des caisses du parti pour les exigences de la famille Bossi. Sur ce point qui touche directement le chef de la Ligue du Nord, le conditionnel est de rigueur.

    Troisième volet : les juges soupçonnent l’existence de liens entre des sociétés dans lesquelles la Ligue du Nord a investi et la Ndrangheta, la mafia calabraise.

    A quelques semaines d’élections municipales qui serviront de test pour toutes les forces politiques, cette affaire déconcerte totalement les militants liguistes. Le numéro deux de ce parti, Roberto Maroni, ex-ministre de l’Intérieur, appelle à faire un grand ménage.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.