GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Au Royaume-Uni, les actionnaires de Barclays se rebiffent contre les rémunérations des dirigeants

    media Des manifestants moquent les dirigeants de Barclays pendant que les actionnaires font la queue pour se rendre à l'Assemblée générale de la banque à Londres, le 27 avril 2012. REUTERS/Luke MacGregor

    Au Royaume-Uni, la direction de Barclays a subi un désavoeu sans précédent lors de son assemblée générale annuelle vendredi 27 avril 2012. Au total 32% des actionnaires ont voté contre le système de rémunération des dirigeants de la banque. En ligne de mire les gratifications de son directeur général, Bob Diamond, devenu un symbole dans l’opinion publique britannique des dérives de la finance.

    Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

    Cette fois la direction de Barclays n’a pas pu ignorer un mouvement de révolte qui vient non plus seulement de la rue mais de ses propres actionnaires. C’est sous les huées que le président de la banque, Marcus Agius, a présenté des «excuses» et promis d’«ajuster à l’avenir le niveau de rémunération à la nouvelle réalité du secteur». 

    Le directeur général Bob Diamond a d’ailleurs dû accepter de renoncer pour l'instant à la moitié de son bonus annuel qu'il ne recevra que si l'entreprise atteint certains objectifs financiers. A l’origine, le dirigeant de nationalité américaine devait recevoir près de 22 millions d'euros au titre de l'année 2011, malgré les performances en baisse de la banque, la dégringolade du titre en bourse et la stagnation des dividendes.

    Même si le vote de protestation est resté minoritaire, c’est l’une des plus importantes rébellions d’actionnaires de ces dernières années qui a vu près d’un tiers d’entre eux rejeter le traitement des fat cats de la banque, autrement dit de ses gros bonnets qu’ils jugent indécent.

    L’embarras pour Barclays ne s’arrête pas là : la banque est accusée d’avoir évité de payer des impôts en profitant de manière abusive de certaines facilités légales. Elle devrait quelque 590 millions d’euros au fisc britannique...

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.