GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: face à face tendu entre l'opposition et les forces de l'ordre à Moscou

    media La police anti-émeutes a procédé à des interpellations musclées, Moscou le 6 mai 2012. REUTERS/Tatyana Makeyeva

    Ce dimanche 6 mai 2012, à la veille du retour officiel de Vladimir Pouitine à la présidence de la Russie, une manifestation de l'opposition s'est tenue à Moscou. Il  y a eu plus de 400 arrestations, dont celles de plusieurs chefs de l'opposition, et des violences.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    Face à face tendu entre la police et des milliers de jeunes manifestants décidés à ne pas quitter la place sur laquelle ils sont réunis à l’entrée du pont qui mène au Kremlin. Des bouteilles en plastique et des morceaux de bitume volent vers les forces de l’ordre qui répliquent à coups de matraques. Svetlana, 60 ans, observe la scène, perchée sur un parapet : «J'ai le sentiment que notre Etat devient un Etat fasciste. Ils empoignent les gens, les emmènent... ça fait peur» lâche t-elle.

    Les manifestants forment des chaînes humaines alors que la police, déployée en masse, tente de les disperser et procède à des interpellations musclées. Ilia Iachine, l’un des chefs du mouvement Solidarité déclare à RFI : «On va rester ici tant que nos revendications ne seront pas satisfaites, à savoir : l'annulation de l'investiture et de nouvelles élections. Voilà, nous allons rester là, tant que cela ne se produira pas

    Mais rapidement, la police anti-émeute charge et fait place nette. Le mot d'ordre lancé par certains responsables de l'opposition est loin d'être partagé par tous. C'est le cas de Serguei Mitrokhine du parti libéral Iabloko : «Rester sur les places, c'est une imbécilité. Je considère que c'est le chemin vers la marginalisation des protestations de masse et vers la diminution du nombre de participants, malheureusement » déclare t-il.

    Même si la mobilisation a semblé plus importante que prévue, elle marque cependant le pas, après les rassemblements monstres de cet hiver qui ont réuni jusqu'à 100 000 personnes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.