GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Législatives en Inde: début du dépouillement (commission électorale)
    • Le japonais Panasonic suspend ses transactions avec Huawei (porte-parole)
    • Boeing n'a pas encore formellement soumis pour évaluation le correctif du 737 MAX (régulateur américain)
    Europe

    Ukraine : dans la rue, l’opposition prend date pour les législatives

    media Les opposants au régime ont protesté dans la rue à Kiev et réclamé la libération de Ioulia Timochenko, samedi 12 mai 2012. REUTERS/Gleb Garanich

    Plus de 2 000 personnes se sont rassemblées dans le centre de Kiev, samedi 12 mai, à l'appel de plusieurs partis d'opposition, pour réclamer la libération des opposants politiques, dont l'ancienne Premier ministre Ioulia Timochenko. Les dirigeants de l'opposition ont aussi présenté un programme commun en vue des élections législatives du 28 octobre prochain.

    Avec notre correspondant à Kiev, Laurent Geslin

    « Liberté pour l'Ukraine ! Liberté pour Ioulia ! ». Les leaders politiques de l'opposition se sont relayés à la tribune pour appeler à la libération de Ioulia Timochenko, condamnée à sept ans de prison pour « abus de pouvoir ».

    Ce rassemblement était aussi l'occasion pour les partis d'opposition de présenter leur programme commun en vue des prochaines élections législatives avec un slogan en trois points : « un État juste, un gouvernement honnête, une vie décente ».

    L'avertissement de Merkel

    Les élections législatives du 28 octobre constitueront un test pour la démocratie ukrainienne, alors même que l'Union européenne s'inquiète de la dérive autoritaire du président Ianoukovitch. La chancelière allemande, Angela Merkel, a même comparé l'Ukraine à la Biélorussie, qualifiant jeudi les deux pays de « dictatures ». De son coté, Viktor Ianoukovitch a souligné que Bruxelles avait entamé une pause dans les relations avec Kiev et que cette pause était certainement une bonne chose. Selon le porte-parole du parti présidentiel, Kiev pourrait même reconsidérer les propositions d'union économique portées par la Russie.

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.