Un rapport accablant sur la situation des Roms en France - Europe - RFI

 

  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Ici l'Europe
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU La bande passante
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU La bande passante
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Accents d'Europe
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Danse des mots
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Autour de la question
  20. 23:30 TU Journal
  21. 23:33 TU Autour de la question
  22. 18:00 TU Journal
  23. 18:10 TU GEOPOLITIQUE S 1
  24. 18:30 TU Journal
  25. 18:40 TU GEOPOLITIQUE S 2
  1. 18:00 TU Journal
  2. 18:10 TU Ici l'Europe
  3. 18:30 TU Sessions d'information
  4. 19:00 TU Journal
  5. 19:10 TU Accents du monde
  6. 19:30 TU Journal
  7. 19:40 TU Débat du jour
  8. 20:00 TU Journal
  9. 20:10 TU Couleurs tropicales
  10. 20:30 TU Journal
  11. 20:33 TU Couleurs tropicales
  12. 21:00 TU Journal
  13. 21:10 TU Radio foot internationale
  14. 21:30 TU Journal
  15. 21:33 TU Radio foot internationale
  16. 22:00 TU Sessions d'information
  17. 22:30 TU Sessions d'information
  18. 23:00 TU Journal
  19. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  20. 23:30 TU Journal
fermer

Europe

France

Un rapport accablant sur la situation des Roms en France

media

Dans un pays qui interdit les enquêtes ethniques, voici une étude qui va faire du bruit : selon un rapport international inédit rendu public mercredi 23 mai 2012, les populations roms et gens du voyage en France souffrent d’une exclusion sociale comparable à celle des pays d’Europe de l’Est.

Les Roms sont-ils des parias en France comme dans le reste de l’Europe ? On serait tenté de le penser en découvrant le contenu d’une enquête exclusive, dont RFI s’est procuré une copie.

On y découvre que les Roms et les gens du voyage ne vivent pas mieux en France qu’en Roumanie par exemple… Une réalité qui a étonné l’Agence européenne des droits fondamentaux (FRA), basée à Vienne, à l’origine de cette enquête, réalisée également avec l’aide du programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et la Banque mondiale.

Moins de 14% de Roms salariés

Pour la première fois, des chiffres fiables et indépendants ont été obtenus grâce à un travail de grande échelle, mené dans onze pays européens, dont la France, l’Espagne et l’Italie, où vivent l’écrasante majorité des citoyens roms de l’UE. 22 203 Roms et non-Roms du voisinage ont été interrogés, fournissant des informations sur 84 287 membres des cellules familiales.

Pour l’Hexagone, les résultats sont édifiants. Moins de 14% de ceux qu’on appelle les gens du voyage touchent un salaire et 6% d’entre eux sont formés pour un métier, contre 80% de la moyenne des Français. La pauvreté menace 90% des gens du voyage. Le chiffre le plus mauvais de toute l’Union européenne.

Plus généralement en Europe, seulement 15% des jeunes Roms ont achevé un enseignement supérieur, contre plus de 70% des non-Roms, 70% des Roms ne possèdent aucun emploi salarié, 55% d’entre eux vivent dans un logement dépourvu soit de toilettes, soit de salle de bain. Et la faim touche régulièrement 40% des foyers Roms.

Réaction concertée

« Les résultats […] dressent un tableau sombre de la situation actuelle des Roms », déplore le directeur de la FRA, Morten Kjaerum. « Les discriminations et l’anti-tsiganisme persistent. »

« Les difficultés rencontrées par la population rom sont d’une telle gravité qu’elle nécessitent une réaction concertée », analyse Andrey Ivanov, chargé de l’inclusion des Roms à l’ONU. La Commission européenne devrait appeler à une action ambitieuse commune au niveau européen.

Viviane Reding, la commissaire européenne à la Justice et aux Droits des citoyens, doit personnellement analyser ces résultats ce mercredi 23 mai, en conférence de presse, à Bruxelles. A l’été 2010, après les révélations sur l’existence d’une circulaire du ministère de l’Intérieur français ciblant les Roms pour leur expulsion, elle avait menacé de déclencher une procédure d’infraction en justice contre la France pour violation du droit européen. Fait extrêmement rare, les États-Unis avaient eux-aussi interpelé Paris.

« Je pensais que l’Europe ne serait plus le témoin de ce genre de situations après la Seconde Guerre mondiale », s’était emportée la commissaire luxembourgeoise, suscitant l’indignation du gouvernement français de François Fillon. Finalement, la France avait modifié sa législation pour échapper aux foudres communautaires.

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.