GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Statu quo sur la Syrie comme sur le reste à l'issue du sommet UE-Russie

    media Vladimir Poutine entouré de José Manuel Barroso (à droite) et Herman Van Rompuy (à gauche), le 4 juin 2012 à Saint-Pétersbourg. REUTERS/Aleksei Nikolskyi/RIA Novosti/Kremlin

    Le sommet entre l'Union européenne et la Russie à Saint-Pétersbourg a pris fin ce lundi 4 juin. Plusieurs dossiers étaient sur la table : la suppression des visas, les relations économiques, la crise financière, et la Syrie. Au final, pas vraiment de résultats.

    Avec notre correspondante à Moscou,Anastasia Becchio

    « Evidemment, nous ne sommes pas toujours d'accord sur tout », mais « je voudrais à nouveau souligner que la discussion d'aujourd'hui a été fructueuse ». C’est en ces termes, plutôt diplomatiques, que Vladimir Poutine a fait le bilan du sommet, qui n'a pas permis d'avancée majeure, sur la Syrie notamment.

    Après Angela Mekel et François Hollande vendredi, les dirigeants européens devaient tenter de convaincre Vladimir Poutine d’adopter une position plus dure envers le régime de Bachar el-Assad. Mais la Russie campe sur ses positions. Aucune question n’a d’ailleurs pu être posée par les journalistes sur la Syrie lors de la conférence de presse, très encadrée.

    Le président du Conseil européen a donc dû s’en tenir à une déclaration de bonnes intentions : « La Russie et l’Union européenne doivent associer leurs efforts », a souligné Herman Van Rompuy.

    La situation est déplorable, le régime syrien doit immédiatement mettre fin à la violence et apporter son soutien à la mission de l’ONU

    Herman Van Rompuy

    Président du Conseil européen

    04/06/2012 - par Anastasia Becchio Écouter

    Autre question restée en suspens : la suppression des visas. « Une véritable coopération est impossible tant qu'il y aura des barrières pour les ressortissants de nos pays », a prévenu le président russe. « Il est dans notre intérêt que plus de touristes viennent de Russie en Europe », a pour sa part expliqué le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

    Mais pour bon nombre de dirigeants européens, Moscou est loin de satisfaire toutes les conditions, de la sécurisation des passeports au respect des droits de l'homme.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.