GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Attentat de Brindisi : le geste d'un homme isolé ?

    media

    Peu après l’attentat du 19 mai 2012, devant le lycée technique Morvillo-Falcone de Brindisi dans les Pouilles au sud de l’Italie, qui avait provoqué la mort d’une lycéenne de 16 ans, blessé cinq autres jeunes filles, et bouleversé l’Italie toute entière, aucune piste n’avait été écartée. Ni celle de la mafia, ni celle du terrorisme italien ou international, ni celle d’un acte isolé. C'est vers la troisième piste que les enquêteurs s'orientent désormais.

    Avec notre correspondante à Rome, Anne Le Nir

    Ce serait donc bien le geste d’un homme seul. Après six heures d’interrogatoire, les enquêteurs ont placé en état d’arrestation le propriétaire d’un dépôt de carburant. Giovanni Vantaggiato, 68 ans, est marié et père de deux filles. Il a fini par déclarer en cours d'audition : « Je devais le faire ».

    Mais pourquoi un tel attentat ? « Pour se venger de la justice après avoir échoué à obtenir un dédommagement dans un procès pour escroquerie », a-t-il affirmé.

    Il aurait d’abord cherché à frapper le tribunal de Brindisi, mais le bâtiment était trop surveillé. Il s’est alors replié froidement sur le lycée Morvillo-Falcone, situé à 200 mètres du tribunal.

    C’est grâce aux images de caméras de surveillance montrant un individu lui ressemblant physiquement et, surtout, la Fiat Punto appartenant à sa famille (et qui a servi à transporter l’engin explosif confectionné avec trois bonbonnes de gaz), que les enquêteurs ont pu l’identifier.

    Selon le procureur en chef du parquet de Lecce, en charge de l’enquête, les motifs de cette vendetta personnelle restent toutefois trop obscurs. Giovanni Vantaggiato n’aurait pas encore dit toute sa vérité.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.