GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 30 Novembre
Jeudi 1 Décembre
Vendredi 2 Décembre
Samedi 3 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Suède manque de déchets pour fournir ses incinérateurs

    media

    Depuis plusieurs années, la Suède ne génère plus assez de déchets pour fournir ses incinérateurs qui produisent chaleur et électricité, et se voit obligée d'en importer de ses voisins européens. Cela peut sembler à première vue bien peu écologique, mais l'incinération des ordures est en fait l'un des moyens les plus efficaces pour produire de l'énergie. Un phénomène qui s'accélère en Suède.

    De notre correspondant à Stockholm

    La Suède incinère environ la moitié de ses déchets ménagers pour faire fonctionner ses réseaux de chaleur (ou district heating), des systèmes de chauffage collectif par distribution d'eau chaude à l'échelle d'un quartier ou d'une ville. Le pays scandinave a commencé à s'y convertir après la Seconde Guerre mondiale.

    Aujourd'hui, quelque 80% des habitations y sont raccordées dans le pays, ainsi que les deux tiers des bâtiments commerciaux. Les réseaux de chaleur produisent un peu plus de la moitié du chauffage en Suède. Un chiffre très nettement supérieur à celui des autres pays d'Europe.

    Un procédé vertueux à plus d'un titre

    Le processus d'incinération des déchets est vertueux à plus d'un titre : tout d'abord, il produit moins de gaz à effet de serre qu'un stockage des ordures en décharge; de plus, avant la combustion, les éléments toxiques -comme les métaux lourds- sont triés et récupérés; enfin, les déchets constituent un carburant gratuit, qui limite d'autant le recours aux hydrocarbures (gaz, pétrole, charbon).

    Actuellement, le pays manque cruellement de ce qui est bel et bien devenu une matière première en Suède : depuis la loi de 2002, qui bannit la mise en décharge en Suède, de nouveaux incinérateurs ont bien été construits, mais la crise économique de 2008 a, quant à elle, réduit l'activité industrielle, donc la quantité de déchets combustibles.

    Les quantités d'ordures brûlées chaque année dans la trentaine d'incinérateurs répartis sur le territoire suédois atteignent 5,5 millions de tonnes. Quelque 20% de cette quantité, soit un million de tonnes, doivent être importées chaque année, principalement de Norvège et du Royaume-Uni, mais aussi d'Italie, où certaines villes croûlent au contraire sous les immondices. Ce printemps, 3 000 tonnes de déchets napolitains ont ainsi transité jusqu'à Stockholm par transport fluvial à travers l'Allemagne.

    Un million de tonnes de déchets importés chaque année

    La part des ordures dans la production d'énergie a triplé depuis 1990, et les prévisions de l'Agence suédoise de l'énergie montrent qu'elle devrait encore doubler d'ici 2030. Une perspective qui inquiète l'Agence suédoise pour la protection de l'environnement, qui rappelle que la meilleure façon de traiter les déchets reste le recyclage.

    En Suède, le recyclage du papier, du plastique et du métal est relativement développé mais stagne pour des raisons économiques. Il est en effet moins lucratif de recycler que d'incinérer. Le recyclage des déchets organiques, lui, progresse : la plupart des zones urbaines collecte désormais les restes de nourriture pour produire du biogaz, qui alimente notamment les bus.

    Si la Suède a banni les décharges en 2002, à l'instar de l'Allemagne, de l'Autriche, des Pays-Bas, du Danemark et de la Belgique, une très grande proportion de déchets est encore mise en décharge dans de nombreux pays européens : 40% en France, 60% au Royaume-Uni, 80% en Pologne, 100% en Bulgarie. Au total, ce sont 150 millions de tonnes de déchets qui sont enfouis chaque année en Europe. Les incinérateurs suédois ont de quoi voir venir.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.