GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Vendredi 30 Septembre
Aujourd'hui
Dimanche 2 Octobre
Lundi 3 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Le couple franco-allemand affiche sa bonne entente à la veille du Conseil européen

    media

    Le président François Hollande a reçu la chancelière Angela Merkel pour un dîner de travail à l'Elysée, à la veille d'un Conseil européen dominé par la crise économique. Le couple franco-allemand a préféré mettre l'accent sur le travail déjà accompli et n'a pas évoqué les points de désaccord, pourtant bien réels.

    Rechercher la stabilité financière en Europe et mettre en œuvre les mesures pour la croissance : cette politique-là ne fait plus de doute et François Hollande en a parlé dès l'arrivée d'Angela Merkel à L'Elysée : « Nous avons déjà bien travaillé, il y a eu des progrès et notamment sur la croissance qui a été l’objet de nombreuses discussions qui ont abouti. Le Conseil européen aura à en décider. Nous sommes aussi conscients des mesures que nous devons préparer pour la stabilité financière ».

    La situation est « sérieuse » a averti Angela Merkel. Pour la chancelière allemande, l'adoption du pacte pour la croissance n'est qu'un premier pas. « Il s'agira ensuite de réfléchir à l'avenir politique de l'Union économique et monétaire, a-t-elle déclaré. Il nous faut plus d'Europe, il nous faut une Europe qui fonctionne, les marchés attendent cela. »

    François Hollande a parlé à son tour de l'union politique de demain, qui permettra à l'Europe d'affirmer son unité et sa solidarité. Mais il reste beaucoup à faire pour apporter une réponse unitaire à la crise. L'Allemagne veut, par exemple, un plus grand contrôle des budgets nationaux, mais refuse une mutualisation de la dette. Des questions qui doivent être débattues au Conseil européen de ce jeudi 28 et vendredi 29 juin, à Bruxelles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.