GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 12 Juillet
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 17 Juillet
Jeudi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Mexique conteste la décision des États-Unis de verrouiller l'accès à l'asile (gouvernement)
    Europe

    Un nouveau sommet européen pour sortir de la crise et relancer la croissance

    media Les drapeaux des pays de l'Union européenne devant la principale salle de presse du Conseil à Bruxelles. REUTERS/Francois Lenoir

    La crise de la dette dans la zone euro sera au centre d'un nouveau sommet européen organisé à Bruxelles ces 28 et 29 juin. Alors que la situation est de plus en plus critique en Espagne, mais aussi en Italie, deux pays qui éprouvent les pires difficultés à trouver de l'argent sur les marchés financiers. Quelle sera la réponse des dirigeants européens ? Deux projets sont sur la table : un plan de relance économique jugé peu ambitieux, et des réformes structurelles qui continuent de diviser les Vingt-Sept.

    Premier enjeu de ce sommet : la croissance, et les 120 milliards d'euros, qui pourraient être mobilisés pour tenter de relancer la machine économique européenne. Cette relance, c'est François Hollande qui a souhaité la mettre au coeur de ce Conseil européen.

    La semaine dernière, le président français a obtenu gain de cause auprès de l'Italie, de l'Espagne mais aussi et surtout de l'Allemagne. Sur ce point, le sommet devrait donc aboutir - avec un bémol : pour les marchés comme pour les partenaires de l'Europe.

    Ces 120 milliards, 1% seulement du PIB européen, seront sans doute insuffisants pour donner à l'Europe le coup de fouet nécessaire. L'autre enjeu de ce sommet - et là, les divergences risquent fort de l'emporter, ce sont les réformes structurelles que la zone euro devra engager dans les prochaines années. La France souhaite davantage de solidarité financière, l'Allemagne davantage de discipline et d'intégration politique.

    En début de semaine, la feuille de route présentée par la Commission européenne en vue de ce sommet de Bruxelles a suscité les réticences à la fois de Paris et de Berlin - signe que les négociations s'annoncent difficiles.

    Mario Monti, le chef du gouvernement italien s'est dit prêt à rester jusqu'à dimanche, si nécessaire, pour parvenir malgré tout à un accord.

    Il y a eu des progrès concernant la croissance.

    François Hollande, président de la République française 28/06/2012 - par Tudor Tepeneag Écouter

    Chaud et froid entre Paris et Berlin

    Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibaut

    « Un brise-glace qui tente un pas de deux ». Le titre d’un média allemand sur la visite de la chancelière, le mercredi 27 juin au soir à Paris résume bien l’ambiance de chaud et froid qui règne entre Paris et Berlin.

    Mais le « brise-glace » Merkel n’était pas complètement étranger au refroidissement entre les deux capitales. En déclarant, le mardi 26 juin, qu’elle vivante, « les euros-obligations ne verraient pas le jour », en critiquant également peu diplomatiquement les propositions du président de l’Union européenne Herman Van Rompuy, faisant la part trop belle à une mutualisation des risques en Europe, Angela Merkel avait clairement posé les limites que l’Allemagne n’est pas prête à franchir.

    Si les efforts pour plus de croissance permettent au président français François Hollande de sauver la face, si des progrès vers une union bancaire sont possibles, Angela Merkel reste réticente à une mise en commun des risques et des dettes dans la zone euro. Des réformes de structures avec des contrôles efficaces garantis par le pacte budgétaire restent pour la chancelière le préalable à toute mutualisation afin que celle-ci puisse se faire sur des bases solides, après avoir tiré les leçons du passé et corrigé les erreurs d’hier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.