50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande - Europe - RFI

 

  1. 04:37 TU Grand reportage
  2. 04:57 TU Sessions d'information
  3. 05:00 TU Journal
  4. 05:15 TU Sessions d'information
  5. 05:30 TU Journal
  6. 05:40 TU Sessions d'information
  7. 05:50 TU Sessions d'information
  8. 06:00 TU Journal
  9. 06:15 TU Sessions d'information
  10. 06:30 TU Journal
  11. 06:43 TU Sessions d'information
  12. 07:00 TU Journal
  13. 07:10 TU Sessions d'information
  14. 07:30 TU Journal
  15. 07:40 TU Grand reportage
  16. 08:00 TU Journal
  17. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  18. 08:30 TU Journal
  19. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  20. 09:00 TU Journal
  21. 09:10 TU Priorité santé
  22. 09:30 TU Journal
  23. 09:33 TU Priorité santé
  24. 10:00 TU Journal
  25. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  1. 04:30 TU Sessions d'information
  2. 05:00 TU Journal
  3. 05:15 TU Sessions d'information
  4. 05:30 TU Sessions d'information
  5. 06:00 TU Journal
  6. 06:15 TU Sessions d'information
  7. 06:30 TU Journal
  8. 06:43 TU Sessions d'information
  9. 07:00 TU Journal
  10. 07:10 TU Sessions d'information
  11. 07:30 TU Sessions d'information
  12. 08:00 TU Journal
  13. 08:10 TU Appels sur l'actualité
  14. 08:30 TU Journal
  15. 08:40 TU Appels sur l'actualité
  16. 09:00 TU Journal
  17. 09:10 TU Priorité santé
  18. 09:30 TU Journal
  19. 09:33 TU Priorité santé
  20. 10:00 TU Journal
  21. 10:10 TU 7 milliards de voisins
  22. 10:30 TU Journal
  23. 10:33 TU 7 milliards de voisins
  24. 11:00 TU Journal
  25. 11:15 TU Sessions d'information
fermer

Europe

Allemagne Angela Merkel France François Hollande

50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande

media

François Hollande et Angela Merkel sont ce dimanche 8 juillet à Reims, pour fêter le 50e anniversaire de la réconciliation franco-allemande, scellée dans la cathédrale de Reims le 8 juillet 1962 par le général de Gaulle et Konrad Adenauer. Une réconciliation qui n'avait rien d'évident à l’époque.

On mesure aujourd'hui le chemin parcouru en découvrant le témoignage de Jacques Godfrain, président de la fondation Charles de Gaulle: « Dans les années 1950, là où je vivais, dans l’Aveyron, la première Volkswagen qui est venue, qui a traversé la ville, a eu les pneus crevés. En 1958, il y avait des affiches sur les murs récusant complètement la réconciliation, ce qui semble évident aujourd’hui. C’est ça, la force des grands politiques. A l’époque, c’était impossible. »

C'est à Reims que fût signée la capitulation des nazis en 1945. Le lieu était pour Charles de Gaulle suffisamment symbolique pour sceller la réconciliation entre les deux peuples. Mais à l'époque la visite du chancelier Adenauer fut diversement appréciée par les Rémois. « Il y avait une partie de la génération qui avait vécu la Seconde Guerre qui trouvait que c’était une très bonne initiative, affirme Adeline Hazan, maire de Reims, qu’il fallait effacer les souvenirs et se tourner vers l’avenir et construire ; et une autre partie qui trouvait que c’était trop tôt. Donc il y a eu vraiment une polémique dans la population rémoise. »

Konrad Adenauer et Charles de Gaulle, qui voulaient tant unir leurs peuples, assistèrent à une messe de la paix à la cathédrale de Reims. Cinquante ans plus tard, Angela Merkel et François Hollande prendront la parole sur le parvis de cette même cathédrale.

Entre la France et ce peuple allemand, nous voulons qu'il n'y ait désormais demain que de la compréhension et de l'amitié.
Charles De Gaulle Président de la République française en 1962 11/10/2013 - par Archives RFI écouter

La France et l'Allemagne d'après-guerre, une histoire de couple

Avec notre correspondant à Berlin, Pascal Thibault

De Gaulle et Adenauer reste le couple le plus connu, l'un fondateur de la Ve République, l'autre de la République fédérale d'Allemagne d'après-guerre. Il y aura ensuite d'autres couples comme Helmut Schmidt et Valéry Giscard d'Estaing ou plus tard François Mitterrand et Helmut Kohl. Ces derniers auront un geste resté gravé dans les mémoires : la main dans la main sur un autre lieu de mémoire franco-allemand, Verdun, champ de la bataille la plus meurtrière de la Première Guerre mondiale.

Les couples franco-allemands ne marchent pas toujours très bien, au début en tout cas. On se rappelle des difficultés de Gerhard Schröder et de Jacques Chirac, ou plus récemment de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel. Mais c'est parfois de ces différences que peuvent accoucher des compromis qui rapprochent les deux pays et l'Europe en général.

Concernant le couple François Hollande et l'actuelle chancelière Angela Merkel, les prémices n'étaient pas forcément favorables. Angela Merkel avait joué de façon très offensive la carte Sarkozy durant la campagne présidentielle. François Hollande, lui, ne veut pas d'un « Merkollande » après un « Merkozy », avec des positions toujours absolument collées sur celles de l'Allemagne. On l'a vu notamment sur les dossiers européens, à commencer par le pacte budgétaire. Le président français a souligné, ce dimanche avant la rencontre, qu'il ne voulait pas un directoire franco-allemand, mal-aimé s'il fonctionne, critiqué s'il bloque. Ceci dit, avant cette rencontre, les deux dirigeants ont multiplié les déclarations flatteuses envers leur partenaire et insisté sur le rôle de la relation bilatérale pour l'Europe.

Le cinquentenaire du traité de l'Elysée sera célébré en janvier prochain. L'occasion peut-être d'un nouveau départ avec des propositions qui pourraient marquer les esprits. A plus court terme, selon l'hebdomadaire Der Spiegel, il pourrait y avoir un partage de la direction de la zone euro.

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.