Vers une présidence de l'Eurogroupe franco-allemande - France - RFI

Expand Player
Play

À l'écoute Sessions d'information

 

  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU La bande passante
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU La bande passante
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Couleurs tropicales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Couleurs tropicales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Accents d'Europe
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Danse des mots
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Autour de la question
  18. 23:30 TU Journal
  19. 23:33 TU Autour de la question
  20. 18:30 TU Sessions d'information
  21. 19:00 TU Journal
  22. 19:10 TU La bande passante
  23. 19:30 TU Journal
  24. 19:40 TU La bande passante
  25. 20:00 TU Journal
  1. 18:30 TU Sessions d'information
  2. 19:00 TU Journal
  3. 19:10 TU Décryptage
  4. 19:30 TU Journal
  5. 19:40 TU Débat du jour
  6. 20:00 TU Journal
  7. 20:10 TU Couleurs tropicales
  8. 20:30 TU Journal
  9. 20:33 TU Couleurs tropicales
  10. 21:00 TU Journal
  11. 21:10 TU Radio foot internationale
  12. 21:30 TU Journal
  13. 21:33 TU Radio foot internationale
  14. 22:00 TU Sessions d'information
  15. 22:30 TU Sessions d'information
  16. 23:00 TU Journal
  17. 23:10 TU Vous m'en direz des nouvelles !
  18. 23:30 TU Journal
fermer

Europe

Allemagne France Zone euro Union Européenne

Vers une présidence de l'Eurogroupe franco-allemande

media Le ministre français de l’Economie et des Finances Pierre Moscovici avec son homlogue allemand Wolfgang Schäuble, le 21 mai 2012 à Berlin. AFP PHOTO / DAVID GANNON

Le Spiegel affirme que Paris et Berlin ont trouvé un accord selon lequel leurs ministres des Finances, Wolfgang Schaüble et Pierre Moscovici se partageraient la présidence de l’Eurogroupe en effectuant chacun la moitié de la durée. Les bisbilles autour de la présidence de ce forum informel mais incontournable des 17 de la Zone euro fait mentir l’aphorisme selon lequel les cimetières sont pleins de gens irremplaçables.

Avec notre bureau de Bruxelles,

Selon le célèbre aphorisme, personne n’est irremplaçable. Le Premier ministre luxembourgeois semble être preuve que ce n’es pas toujours vrai dans la zone euro. Depuis que les pays membres de l’Union économique et monétaire ont choisi de doter l’Eurogroupe d’un président, Jean-Claude Juncker est le seul à voir occupé cette fonction. Nommé pour la première fois au 1er janvier 2005 pour un mandat d’un an, il a été reconduit à chaque fois, même avec les changements apportés par le traité de Lisbonne qui prévoit pour l’Eurogroupe des présidences de deux ans et demi.
Le mandat de Jean-Claude Juncker s’achève au 17 juillet et il avait prévenu de son désir de ne pas être reconduit au bout de sept ans et demi de bons et loyaux services. Mais son remplacement n’est pas une affaire de tout repos : la France aurait préféré que Jean-Claude Juncker soit reconduit, l’Allemagne mettait en avant pour cette succession son propre ministre des Finances, Wolfgang Schaüble. C’était d’ailleurs selon Jean-Claude Juncker lui-même le meilleur candidat à sa succession.
Le compromis qui aurait été trouvé entre Paris et Berlin reflète bien la quadrature du cercle que constitue désormais pour les 17 pays de la zone euro toute décision susceptible d’influer sur la direction que va prendre l’Union économique et monétaire.
 

Une erreur est survenue lors de l'envoi du mail...
Le mail a bien été envoyé

Sur le même sujet

Commentaires

 
Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.