GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 26 Septembre
Mardi 27 Septembre
Mercredi 28 Septembre
Jeudi 29 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 1 Octobre
Dimanche 2 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Troisième anniversaire de l'assassinat de la journaliste russe Natalia Estemirova

    media Natalia Estemirova à Londres en octobre 2007. Natalia Estemirova à Londres en octobre 2007. (Photo : REUTERS/Dylan Martinez)

    Il y a trois ans disparaissait Natalia Estemirova. Le 15 juillet 2009 à Grozny, la journaliste et militante de l’ONG Memorial est enlevée à deux pas de chez elle par des hommes armés. Son corps sera retrouvé quelques heures plus tard en Ingouchie, une république voisine de la Tchétchénie. Son corps a été criblé de balles tirées à bout portant. Depuis, l’enquête piétine, les autorités n’ont toujours pas retrouvé les assassins.

    De notre correspoandante à Moscou, Ksenia Bolchakova

    Trois ans se sont écoulés et le comité d’enquête russe n’a pas avancé d’un iota. L’an dernier, une version officielle a bien été établie : Natalia Estemirova aurait été tuée par des rebelles tchétchènes, en représailles pour des articles publiés par la journaliste.

    Mais pour les défenseurs des droits de l’homme, l’ONG Memorial en tête, cette version n’est pas satisfaisante. Incomplète, elle omet les résultats des échantillons ADN recueillis dans la voiture où le corps a été retrouvé.

    Pire, les autorités ont refusé de se pencher sur un rôle possible de la police locale, accusée quelques semaines avant sa mort par Estemirova de commettre des exactions contre les civils.

    Samedi 14 juillet, Amnesty International a appelé les autorités russes à faire preuve de plus de « volonté politique pour mettre fin à l'impunité pour de tels crimes ».

    En Tchétchénie, les défenseurs des droits de l’homme ont adressé une lettre à Vladimir Poutine, lui demandant de reprendre en main ce simulacre d’enquête. Mais il ne se font aucune illusion : « Il y a très peu de chance que notre appel soit entendu ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.