GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Août
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Aujourd'hui
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie : manifestation à Moscou en soutien aux opposants emprisonnés

    media Les manifestants brandissent les portraits des opposants arrêtés le 6 mai. Moscou, le 26 juillet 2012. REUTERS/Maxim Shemetov

    Plus de 1 500 personnes se sont retrouvées ce jeudi 26 juillet dans les rues de Moscou. Une manifestation pour dénoncer l'arrestation de militants emprisonnés dans le cadre de l'enquête sur les violences qui ont émaillé une autre manifestation au printemps.

    Avec notre correspondante à Moscou, Anastasia Becchio

    « Liberté, liberté », scandent les manifestants. Liberté pour les 12 personnes emprisonnées qui attendent d’être jugées. La police les soupçonne d’avoir pris une part active aux troubles qui ont émaillé la manifestation du 6 mai, à la veille de l’investiture de Vladimir Poutine.

    Oksana, retraitée, ne se fait pas d’illusion sur le sort réservé à ces militants : « Je pense qu’ils écoperont de peines de prison. Tout ça, c’est pour nous faire peur, pour que nous n’allions plus aux manifestations. Cela ne m’étonnerait pas qu’ils tirent un jour sur les manifestants ».

    Des proches de militants interpellés se succèdent à la tribune. Dans le public, l’affluence est moindre que lors des précédentes manifestations, mais l’opposant de gauche Sergueï Oudaltsov refuse de parler de recul de la mobilisation :

    « La manifestation d’aujourd’hui, ça n’est pas la marche des millions. C’est une action que nous sommes obligés de mener du fait d’une force majeure, parce que nous sommes dans une situation critique : on jette nos jeunes en prison. L’été c’est très difficile de mobiliser, explique le militant. La situation est très simple : on a déclaré la guerre à la société civile. Ils nous écrasent et nous emprisonnent, ils ne veulent pas de dialogue. Quand on nous déclare la guerre, soit on doit capituler, soit résister ».

    L’opposition a déjà fixé la date de son grand rassemblement de rentrée : ce sera le 15 septembre. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.