GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Mercredi 17 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Juin 2019, mois de juin le plus chaud sur Terre depuis 140 ans (National Oceanic and Atmospheric Administration)
    • «Renvoyez-la!»: Trump dit désapprouver les slogans scandés à son meeting
    • Iran: Rohani appelle Macron à «intensifier» les efforts pour sauver l'accord nucléaire
    • Washington demande à l'Arabie saoudite de libérer le blogueur Raef Badaoui (Pence)
    • Les États-Unis vont pousser pour la liberté religieuse en Corée du Nord (Pence)
    • Sanctions américaines contre des dirigeants de milices liées à l'Iran en Irak (Mike Pence)
    • Tour de France 2019: Simon Yates s'impose dans la 12e étape, Julian Alaphilippe conserve le maillot jaune
    • Maroc: trois hommes condamnés à la peine de mort pour l'assassinat de deux Scandinaves
    Europe

    Les punkettes russes de Pussy Riot devant la justice pour leur hymne anti-Poutine

    media Les trois membres du groupe Pussy Riot, lors de leur procès à Moscou, le 20 juillet 2012 REUTERS/Tatyana Makeyeva

    Le procès des membres du groupe de féministes punk Pussy Riot a débuté ce lundi 30 juillet devant un tribunal de Moscou. Trois jeunes femmes sont en détention provisoire depuis le mois de mars et risquent d’être condamnées à plusieurs années de prison pour avoir chanté une « prière punk » anti-Poutine dans la cathédrale de Moscou. L’affaire provoque d’importants remous dans la société russe.

    Leur performance sauvage n’en finit pas d’attiser les passions. Le 21 février dernier, cinq jeunes femmes ont pénétré dans la cathédrale du Christ-Sauveur à Moscou, pour y improviser un concert de quelques dizaines de secondes, avant d’en être chassées par les gardiens. En robes bariolées et encagoulées, elles ont entonné une chanson contre Vladimir Poutine. « Vierge mère de Dieu, chasse Poutine » : tels sont les premiers mots de cette « prière punk » qui, montée dans un clip vidéo, débute comme un hymne religieux, puis prend rapidement des accents de rock punk.

    Quelques jours après cette performance sauvage, trois des jeunes femmes étaient arrêtées et placées en détention provisoire. Récemment, un tribunal de Moscou a prolongé cette détention jusqu'au 12 janvier 2013.

    Goutte d'eau

    La performance des Pussy Riot dans la cathédrale de Moscou a-t-elle été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Depuis l’automne dernier, les jeunes femmes avaient multiplié les concerts sauvages, sur la place Rouge, dans le métro, ou encore sur le toit d’un bus. Leur but : dénoncer le régime de Vladimir Poutine. Mais leur « prière punk » a aussi provoqué une vive émotion au sein d’une société qui se considère orthodoxe dans sa grande majorité.

    Lire le dossier spécial

    D’abord choquée par leur geste, Marina manifeste désormais régulièrement pour la libération des jeunes femmes : « J'ai compris leur message », explique-t-elle. « Ca n'était en aucun cas une action contre les chrétiens orthodoxes. C'est une action contre les liens qu'entretiennent l'Eglise et l'Etat, contre la corruption à l'intérieur de l'Eglise et contre le fait que l'Eglise veut imposer ses valeurs à toute la société ».

    Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 29 ans, et Maria Alekhina, 24 ans, sont accusées d'avoir « insulté » et « infligé des blessures morales profondes à des chrétiens orthodoxes », ce qui peut leur valoir jusqu’à sept ans de prison. L’acte d’accusation est truffé de termes religieux, ce que dénoncent les avocats des jeunes femmes. Violetta Volkova souligne qu’à son sens, si les militantes féministes ont commis une infraction, « ça n’était qu’une infraction aux règles de l'Eglise, qui ne doit pas être punie par l'Etat. Chez nous, souligne l’avocate, l'Etat et l'Eglise sont séparés, c'est inscrit dans la loi ».

    Symbole du réveil de la société civile

    Le patriarcat de Moscou a adopté une position intransigeante, demandant une punition sévère des coupables. A l’inverse, de nombreuses personnalités se revendiquant de l'orthodoxie, ont pris publiquement la défense des trois prévenues. Des membres de plusieurs paroisses moscovites ont aussi publié une lettre ouverte demandant au Patriarche d'adopter une approche chrétienne vis-à-vis de ces jeunes femmes, dont deux ont des enfants en bas âge.

    Cet activisme est un phénomène nouveau dans la société russe. Selon le sociologue du centre Levada, Denis Volkov, il est symptomatique d’un état d’esprit qui prévaut depuis le début de la vague de protestation, née après les élections législatives de décembre. « Jusqu'à présent, le régime s'appuyait sur une passivité de la population. Cet activisme, non seulement des acteurs de la société civile, mais aussi des partisans du pouvoir, détruit pratiquement le système politique qui a prévalu jusqu'à présent. Le régime le comprend et il essaye au maximum de l'étouffer par des lois ou en utilisant les institutions comme la justice », explique le sociologue.

    Mais en réagissant de façon si sévère, les autorités ont apporté une immense notoriété à ce groupe de punk rock, jusque-là connu d’une poignée d’initiés. Lors de tournées en Russie, Antony Kiedis, le chanteur du groupe de rock américain Red Hot Chili Peppers et la star britannique Sting ont pris la défense des jeunes femmes, qu’Amnesty International considère comme étant des « prisonnières d'opinion ». Alors que selon un sondage réalisé au début du mois de juillet par le centre Levada, un Moscovite sur deux désapprouve le procès intenté aux Pussy Riot.
     

    Russie : début du procès des Pussy Riot 30/07/2012 - par Anastasia Becchio Écouter

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.