GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    La Grèce va accélérer la privatisation d'entreprises publiques

    media Le Premier ministre grec Antonis Samaras à Athènes, le 6 juillet 2012. Reuters/John Kolesidis

    Pour satisfaire aux exigences de la troïka des créanciers (Banque centrale européenne, FMI et Commission européenne), la Grèce annonce qu'elle va accélérer ses privatisations d'entreprises publiques. Et pour cela, le gouvernement Samaras va adopter une loi pour faciliter les privatisations et rattraper le retard.

    L’objectif du gouvernement Samaras est double : récupérer 19 milliards d’euros d’ici 2015 et retrouver un peu de crédibilité, auprès des créanciers internationaux. En 2012, deux privatisations seulement, ont été réalisées : la loterie nationale et l'ancien centre international de presse olympique.

    En 2013, une trentaine de projets devraient être lancés. Sont concernées les entreprises publiques du secteur gazier et électrique, les compagnies de distribution d’eau et la société nationale de chemins de fer.

    La liste comprend également la banque agricole ATEbank, l'ancien aéroport d'Athènes, des ports, des petits hôpitaux régionaux, les paris sportifs, des casinos, ou bien encore des biens immobiliers.

    Parmi les intéressés, on compte des investisseurs chinois, russes et allemands. Le gouvernement Samaras veut obtenir des offres fermes d'ici la fin du mois de septembre et finaliser les ventes à l'automne. Mais ces privatisations ne se feront pas sans résistance.

    Chaque tentative a été marquée par une fronde syndicale. Les syndicats de la DEI, la compagnie d'électricité qui alimente 70% du pays, ont ainsi menacé de couper l'électricité en cas de privatisation.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.