GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Belgique : l'agence de contrôle nucléaire signale des anomalies dans un réacteur

    media Une centrale nucléaire belge. Getty Images/Thierry Dosogne

    La Belgique est l'un des pays qui a déjà programmé son retrait du nucléaire entre 2016 et 2025. Mais ce projet pourrait être perturbé par cet incident décelé dans la centrale de Doel. L'agence nationale de contrôle a découvert de potentielle fissures dans la cuve de l'un des réacteurs et envisage de le fermer de manière anticipée.

    De notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet

    C’est l’Agence fédérale de contrôle nucléaire, chargée de la surveillance des sept réacteurs de Belgique, qui a tiré la sonnette d’alarme.

    Le troisième réacteur de la centrale de Doel, en Flandre, était soumis depuis juin à des inspections. Les résultats provisoires sont préoccupants. La cuve de refroidissement présente des anomalies qui pourraient signifier qu’elle est fissurée. Si cela s’avérait, des risques de fuite ne seraient pas à écarter. Dans ce scénario le plus négatif, le réacteur de Doel 3, construit en 1982, ne serait plus redémarré.

    Des questions commencent à être posées sur la responsabilité du fabricant de la cuve. Rotterdam Droogdok Maatschappij, une entreprise néerlandaise qui n’est plus en activité, mais qui avait à l’époque, livré 21 cuves de ce type à travers le monde. Le gouvernement fédéral belge a d’ailleurs averti les pays concernés.

    Révision du plan de sortie du nucléaire ?

    Cette alerte pourrait avoir des conséquences plus vastes pour la Belgique, parce qu’une cuve de ce type équipe aussi un des réacteurs de l’autre centrale nucléaire du royaume, à Tihange, en Wallonie cette fois. Celle-ci sera également inspectée, et en cas de confirmation des craintes de fissures, le réacteur serait lui aussi arrêté.

    Ces rebondissements surviennent alors que la Belgique a décidé il y a un mois un plan de sortie du nucléaire d’ici 2025. Il avait déjà pris plus de quinze ans à adopter, et pourrait donc devoir être à nouveau revu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.