GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent

    La majorité des députés LREM a voté pour, mais 52 d'entre eux se sont abstenus et surtout 9 ont voté contre le texte. L'ensemble de la gauche s'est prononcée contre. LR et UDI-Indépendants se sont en majorité opposés au texte.

    Europe

    Le groupe Pussy Riot reconnu coupable de hooliganisme et condamné à deux ans de camp

    media Les Pussy Riot, le 17 août à Moscou. REUTERS/Sergei Karpukhin

    Le verdict est tombé : les trois jeunes femmes membres du groupe punk russe Pussy Riot ont été reconnues coupables de hooliganisme et condamnées chacune à deux ans de camp vendredi 17 août 2012 à Moscou. La justice russe leur reproche d'avoir organisé une prière anti-Poutine dans la cathédrale Christ-Sauveur de Moscou. Leur procès a suscité un retentissement international.

    En organisant une « prière punk » dans l'un des sacro-saints lieux de l'orthodoxie russe à Moscou, pour appeler les Russes à « chasser Poutine » du pouvoir, Nadejda Tolokonnikova, 22 ans, Ekaterina Samoutsevitch, 30 ans, et Maria Aliokhina, 24 ans, ont commis un acte de hooliganisme, une « grave violation de l'ordre public ».

    Pis encore : aux yeux de la présidente du tribunal Khamovnitcheski, les trois artistes ont « offensé les sentiments des croyants ». Dans l'énoncé du verdict, la juge Marina Syrova note d'ailleurs l'absence de repentance de la part des accusées au cours de leur procès.

    Les Pussy Riot ont écouté l'énoncé de leur condamnation debout, dans le calme. Nadejda Tolokonnikova, arborant son désormais célèbre tee-shirt « no pasaran », s'est permis un sourire.

    Le parquet de Moscou avait requis 3 ans de camp pour les trois jeunes femmes. Le juge les a condamnées chacune à deux ans de camp.
     

    Lire le dossier spécial

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.