GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Russie: les Pussy Riot vont faire appel de leur condamnation

    media

    Les trois jeunes femmes du groupe punk russe Pussy Riot ont été condamnées vendredi 17 août à deux ans de camp chacune pour «hooliganisme» et «incitation à la haine religieuse», une peine sévère vivement critiquée à l'étranger. Un verdict «disproportionné» pour les Etats-Unis et la France, qui selon le Royaume-Uni met en cause l'engagement de la Russie à protéger les droits fondamentaux et les libertés. Les trois jeunes femmes étaient poursuivies après avoir chanté en février dernier une prière punk, dans une cathédrale de Moscou, dans laquelle elles appelaient la Vierge à chasser Vladimir Poutine du pouvoir.

    Avec notre correspondante à Moscou, Caroline Gaujard

    « Honte aux policiers, honte au tribunal, liberté pour les Pussy Riot ! », tels étaient les slogans scandés par les indignés du procès des trois jeunes femmes devant le tribunal de Moscou.

    Les citoyens russes sont excédés par le système Poutine, qui gagne chaque jour un peu plus de terrain sur leurs libertés individuelles, car on est conscient en Russie que c’est bien le président russe qui tient les ficelles de ce procès politico-religieux.

    Katia, âgée de trente ans, n’avait pas participé aux manifestations, au lendemain des élections législatives et présidentielles. Cette fois, elle a décidé de faire le déplacement :

    « Je sens que je n'ai aucune liberté et le procès des Pussy Riot m'a fait ressentir tout le système qui existe en Russie, aujourd'hui. Je m'attendais à ce qu'elles prennent trois ans de prison mais si elles prennent deux ans, cela revient au même. Il s'agissait d'une protestation politique de leur part. Le tribunal a dit qu'il s'agissait d'une protestation religieuse, ce n'est pas vrai. C'est une protestation politique. J'ai très peur que ma liberté puisse être supprimée actuellement, je peux le ressentir maintenant. Je me dis que si cela continue, dans cinquante ans, on pourrait avoir un système identique à celui de la Corée du Nord ».

    « Les Pussy Riot voulaient frapper un grand coup contre la machine judiciaire », disait cette semaine l’une d’entre elles. « Nous sommes seules, nous avons perdu. D’un autre côté, nous avons gagné. Le monde entier a pu voir ».

    Elena Gordeeva est responsable de l’ONG « Moscovite prison et liberté ». Une organisation qui vient en aide aux prisonniers des camps russes et en particulier aux femmes.

    Très éloignées de la capitale russe, ces unités héritées du Goulag, peuvent être assimilées à des camps de détention sévères, même si l’intitulé du verdict dans le procès des Pussy Riot dit « régime normal ».

    Sauf acquittement en appel, les Pussy Riot seront chacune détenues dans des chambrées de 100 à 120 femmes en uniforme, avec leurs noms sur la poitrine.

    D’après la responsable de l’ONG, des vêtements chauds sont bannis, et la jupe est de rigueur par tous les temps. Une partie des détenues possède un travail au camp, pour un salaire mensuel maximum de 75 euros, salaire ponctionné pour payer leur nourriture et autres produits de première nécessité.

    « Là-bas on manque de tout, prévient Elena Gordeeva, ne serait-ce que de savon ». Celles qui se montrent coopérantes avec l’administration, ont quelques menus avantages. Les insolentes, elles, sont méprisées et maltraitées. Il fait peu de doute que les Pussy Riot se rangeront de ce côté.

    C.G.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.