GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Europe

    Invalidation du référendum en Roumanie: une victoire au goût amer pour le président Basescu

    media

    En Roumanie, la Cour constitutionnelle a invalidé, ce mardi 21 août, le référendum organisé par le gouvernement de centre gauche dans le but de chasser le président Traian Basescu de son poste. Cette décision ouvre donc la voie à un retour du chef de l'Etat au pouvoir mais la hache de guerre est loin d'être enterrée.

    Le Premier ministre, à l'origine de ce bras de fer avec le président, s'est voulu rassurant : « La décision de la Cour sera respectée et appliquée ».

    On va voir si cette cohabitation sera plus calme qu'auparavant.
    Christian Preda, ancien doyen de la faculté de sciences politiques de Bucarest, député européen 11/10/2013 - par Béatrice Leveillé Écouter

    Mais y aura-t-il une véritable trêve entre le chef du gouvernement et son rival, le président Traian Basescu ? Rien n'est moins sûr. La querelle entre les deux hommes risque de se prolonger au moins jusqu'aux élections législatives, prévues pour novembre.

    Les deux camps sortent affaiblis de cette crise politique : la coalition de centre gauche n'a pas réussi à débarquer le président qu'elle accuse d'abus de pouvoir. Pour Traian Basescu, l'invalidation du référendum est certes une victoire, mais une victoire au goût amer. Sa crédibilité en a pris un coup depuis que sept millions de Roumains se sont prononcés contre lui et contre la cure d'austérité qu'il a menée tambour battant en 2010. Et dans les mois à venir, il doit cohabiter avec un gouvernement qui ne rêve que d'une chose : le voir partir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.