GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Octobre
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Aujourd'hui
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le groupe Etat islamique revendique l'attentat contre une mosquée chiite à Kaboul (communiqué)
    Europe

    Russie : «Free Pussy Riot», une inscription en lettres de sang retrouvée sur le lieu d’un double meurtre

    media

    Une mère de 76 ans et sa fille de 38 ans ont été découvertes mortes, ce jeudi 30 août, tuées à coups de couteau à Kazan, la capitale du Tatarstan. L'inscription « Free Pussy Riot », tracée avec du sang, a été retrouvée sur un des murs de leur appartement. Une provocation pour l'un des avocats des Pussy Riot, groupe de punk rock russe dont trois jeunes femmes ont été récemment condamnées à deux ans de camp pour une « prière » contre Vladimir Poutine.

    Avec notre correspondante à Moscou, Caroline Gaujard

    Ultime « provocation » des criminels, a immédiatement réagi l'un des avocats des Pussy Riot. « C'est bien dommage que des dégénérés utilisent leur nom pour de tels faits », a continué Nikolaï Polozov.

    Après avoir découvert les deux femmes sans vie dans leur appartement, la police russe a annoncé ce jeudi avoir relevé sur un des murs du logement l'inscription suivante en lettres de sang : « Free Pussy Riot ».

    Si la police russe se dit consciente que l'inscription faisant référence aux trois chanteuses pourrait être une tentative de les mener sur une fausse piste, elle prend néanmoins cet indice très au sérieux. D'autant que plusieurs méfaits ont été perpétrés ces derniers jours, qui semblent impliquer des soutiens du groupe punk féministe aux prises avec le patriarcat.

    Ainsi, plusieurs croix orthodoxes sont tombées dans les régions d'Arkhangelsk et de Chelyabinsk à l'instar de Kiev où une militante a tronçonné une croix près de la place de l'Indépendance. Tandis qu'à Saint-Pétersbourg, treize reliques de saints ont été dérobées dans l'église Sainte-Catherine.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.