GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 5 Décembre
Mardi 6 Décembre
Mercredi 7 Décembre
Jeudi 8 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 10 Décembre
Dimanche 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Europe

    «Kinshasa Kids» …et déjà grands acteurs

    media

    On les appelle les « shégués ». Ce sont les enfants des rues de Kinshasa, livrés à eux-mêmes dans les rues défoncées de la cité, survivant de rapines, de glanage, de petits boulots mais aussi de solidarité. Le phénomène est important. On estime ainsi à 25 000 le nombre de ces gamins souvent accusés de sorcellerie et mis à la rue par une belle-mère ou un parent n'ayant plus les moyens de les nourrir. Le réalisateur belge Marc-Henri Wajnberg en a fait un film de fiction, à la fois cri de colère et ode à la vitalité et la créativité des Kinois. Kinshasa Kids est actuellement projeté à la 69ème Mostra de Venise, dans la section Giornate degli Autori.

    C’est un scandale.
    Marc-Henri Wajnberg, réalisateur de « Kinshasa Kids » 11/10/2013 - par Sophie Torlotin Écouter

    Un exorcisme pratiqué sur des enfants terrifiés, accusés de sorcellerie, au milieu d'une foule en transe... C'est sur cette séquence impressionnante de vérité que s'ouvre Kinshasa Kids. L'illusion documentaire est parfaite, d'autant que quelques minutes après, en suivant l'un de ces gamins fugueurs appelé à grossir le contingent des enfants des rues, la caméra filme un véritable accident de la route, dans une cité de la capitale de la République Démocratique du Congo.

    Et pourtant, le réalisateur belge Marc-Henri Wajnberg a bel et bien réalisé une fiction. Une histoire qui suit différents personnages : un groupe de huit enfants apprentis musiciens, des policiers tour à tour racketteurs et généreux, une musicienne patronne de restaurant, ou un handicapé vendant un produit aphrodisiaque.

    A la manière du film Short Cuts de Robert Altman, tous ces personnages sont reliés par une passion pour la musique et la volonté, malgré tout, de s'en sortir. « C'est une fiction, mais c'est sous la forme d'un documentaire avec des croisements entre les personnages » revendique Marc-Henri Wajnberg dont c'est le deuxième long métrage.

    Le cinéaste a nourri son histoire du vécu de ses acteurs, tous amateurs, recrutés dans la cité : bagarre, viols, prostitution, larcins. Pendant trois ans, et avant le tournage, il s'est rendu à six reprises à Kinshasa pour s'imprégner de l'atmosphère de la capitale de la RDC. « Tout le monde m'a raconté ses aventures, ses galères, et le film s'est construit ainsi. Il n'y a pas d'acteurs professionnels, mais les Kinois sont des comédiens nés », se souvient en souriant Marc-Henri Wajnberg.

    Energie et chaos
     
    Il lui a fallu faire un casting d'une centaine d'enfants pour recruter les huit principaux dont le spectateur suivra les aventures. Avant le tournage, ces enfants qui ne se connaissaient pas ont vécu ensemble dans une grande maison, avec professeur de français et de musique. Car la musique est l'un des personnages de Kinshasa Kids. « La musique investit tout en RDC, affirme Marc-Henri Wajnberg. C'est une composante fondamentale, et peut-être que la violence dans le pays est le terreau pour cette musique ».
     
    C'est le troisième film à célébrer ainsi la force vitale et musicale de la capitale de la RDC, après Staff Benda Bilili et Kinshasa Symphony. Dans Kinshasa Kids, Papa Wemba, le roi de la rumba congolaise, fait même une apparition amicale. Mais avec les enfants, la « star » du film, c'est Bebson « de la rue », un rappeur « lunaire" (dixit Marc-Henri Wajnberg) charismatique, le « grand frère » bienveillant avec les enfants.
     
    Grâce à ce film et à sa rencontre avec le réalisateur, il va enregistrer un disque. Et connaître maintenant une reconnaissance mondiale, puisque après Venise, Kinshasa Kids va être projeté dans les festivals de Toronto, Londres, New York, Stockholm et Busan. De quoi aussi, on l'espère, convaincre des acheteurs de distribuer ce film, ce qui permettra à Marc-Henri Wajnberg (également producteur et endetté) de rentrer dans ses frais, et ces enfants de poursuivre l'aventure.
     
    _______________________________
    - La 69e Mostra de Venise, du 29 août au 8 septembre 2012.
    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.